Découverte d'une vertèbre qui révèle la solidité des longs cous des ptérosaures

·2 min de lecture

Les ptérosaures étaient des reptiles volants qui pouvaient atteindre des dimensions impressionnantes. La découverte d'une vertèbre permet de comprendre comment ils maintenaient la rigidité de leur cou dans les airs.

Apparus dès le Trias, il y a environ 225 millions d'années, les ont occupé les airs jusqu'à la fin du Crétacé, il y a 66 millions d'années, période à laquelle ils se sont éteints en même temps que les dinosaures et de nombreuses autres espèces terrestres et marines. Si beaucoup d'entre eux correspondaient à de petits animaux avec une envergure d'un mètre, certains ont atteint d'impressionnantes dimensions. C'est le cas d'Alanqa saharica, un ptérosaure du Crétacé dont les restes ont été découverts dans le Sahara marocain. Il appartient à la mystérieuse famille des Azhdarchidae qui comptent dans ses rangs des animaux dont l'envergure pouvait atteindre les 12 mètres et qui possèdent également des vertèbres cervicales très allongées leur donnant des cous aussi longs que ceux des girafes !

Structure en roue de bicyclette

Ce très long cou des Azhdarchidae n'est pas sans poser problème aux paléontologues. Sachant que, comme les oiseaux, les os de ces ptérosaures étaient particulièrement minces afin d'en alléger le poids et leur permettre de voler, ils se demandent depuis longtemps comment ils pouvaient toujours soutenir le poids de la tête. Celle-ci pouvait en effet dépasser le mètre et demi de longueur et les ptérosaures capturaient parfois de grosses proies qu'ils devaient trimbaler dans les airs.

La réponse semble provenir de la très particulière structure de leurs vertèbres dont quelques-unes ont été retrouvées préservées en trois dimensions. L'une a pu être examinée au scanner par l'équipe de Cariad Williams de l'Université de l'Illinois. Au départ, la scientifique voulait étudier la surface de l'os plutôt que sonder son intérieur. Elle travaillait en effet sur la mobilité du cou et l'arrangement des vertèbres. Mais les premières images ont révélé d'étonnantes structures au cœur de celle-ci. Entourant le tube neural, des dizaines de trabécules (de fines tiges osseuses) rejoignent la partie externe du disque vertébral. Elles sont organisées en hélice, ce qui donne l'a[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi