Découverte d'une nouvelle tombe de "vampire" dans un cimetière médiéval en Pologne

Déterré dans un cimetière du 17e siècle, lui-même implanté sur un site médiéval, le squelette d'une femme entravé par une faucille au niveau du cou et un cadenas fixé au pied laisse penser aux archéologues que la défunte était considérée de son vivant comme un "démon" ou un "vampire". Il ne s'agit pas de la première tombe du genre à avoir été trouvée en Pologne.

En voilà une autre… Trouvée, là encore, dans un cimetière polonais. Qu’avait-elle donc fait pour mériter une sépulture pareille ? Comment avait-elle pu effrayer ses contemporains au point de finir prisonnière même dans la mort ? Dans le village de Pień, non loin de Bydgoszcz, dans le centre de la Pologne, le squelette de ce qui, selon les archéologues, pourrait être une "femme vampire" vient d’être découvert dans un cimetière du 17e siècle, établi sur un site d'occupation médiévale. Le corps présentait une faucille plantée de part et d’autre de son cou ainsi qu’un cadenas accroché au gros orteil de son pied gauche. Pour l'équipe de chercheurs de l'Université Nicholas Copernicus de Toruń, à l’origine de la trouvaille, de tels outils ont sans doute été placés sur la défunte au moment de son inhumation dans le but de l’empêcher de revenir à la vie et de sortir de terre.

 Crédit : Miroslav Blicharski/Aleksander Poznan
Crédit : Miroslav Blicharski/Aleksander Poznan

Des fibres de soie ont été retrouvées sur le crâne de la femme, laissant penser qu'elle portait un bonnet réservé à une élite. Crédits : Miroslav Blicharski/Aleksander Poznan

Ce n’est pas la première fois qu’une dépouille est découverte dans une telle configuration en Pologne : en 2014, six tombes reprenant cet étrange rituel , à environ 200 kilomètres de Pień. Marek Polcyn, de l’Université Lakehead, au Canada, et Elzbieta Gajda, du musée Czarnkowskiej, en Pologne, les avaient exhumés parmi 250 autres sépultures, avant de leur consacrer une étude dans le magazine spécialisé . Avant ces six tombes, que les archéologues préfèrent relier à des "démons" - qui pullulaient dans les croyances d’Europe centrale au Moyen Âge -, plutôt qu’à des vampires, d’autres avaient été exhumées dans des cimetières de Pologne, dont les plus anciens remontent jusqu’au 6e siècle. En Slovaquie, en Hongrie, en Autriche, en Roumanie, en Allemagne et en Italie, des sépultures similaires ont également été identifiées.

De nombreux rituels "anti-démons" recensés depuis le 6e siècle

"La faucille avait un double usage", confiait à Sci[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi