Découverte d'un deuxième cratère d'impact qui pourrait être lié à la disparition des dinosaures

Il y a presque 40 ans, Walter Alvarez, alors jeune géologue fraîchement émoulu de l'université de Berkeley, a amorcé une révolution dans les sciences de la Terre en découvrant qu’une étrange strate argileuse sombre marquait la disparition subite du plancton marin à la fin du Crétacé et au début de l'ère tertiaire. Or, c'est à cette époque que disparaissent aussi non seulement les grands reptiles marins, les ammonites et les bélemnites, mais surtout les dinosaures.

Avec son père, le prix Nobel de physique Luis Alvarez, et surtout avec les chimistes Frank Asaro et Helen Michel, tous de l’université de Berkeley, il entreprit de faire parler la couche en la datant et en l'analysant précisément. La strate s’avéra contenir une quantité anormalement élevée d'un élément rare à la surface de la Terre, l'iridium. Ce métal étant abondant dans les comètes et les astéroïdes, Walter Alvarez en déduisit que la crise biologique survenue il y a 66 millions d'années, la fameuse crise du Crétacé-Tertiaire (ou K-T, de l'allemand Kreide-Tertiär), était due à la chute d'un petit corps céleste sur Terre.

Il en aurait résulté un méga-tsunami, mais aussi des éjectas de matière brûlante qui vont mettre le feu à une bonne partie des forêts de la Planète, et un volume considérable de poussières et d’aérosols qui seraient montés dans la haute atmosphère, se répandant sur le globe et modifiant le climat et l'insolation en provoquant un refroidissement global faisant s'écrouler la chaîne alimentaire.


Une vue d'artiste de la crise KT, la grande extinction provoquée par la chute d'un astéroïde sur Terre il y a 66 millions d'années. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l'écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © Mark A. Garlick

Un deuxième grand cratère d'impact à la fin du Crétacé...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura