La découverte de documents "top secret" chez Trump ont permis la perquisition du FBI

Parmi les 15 boîtes de documents conservées à la résidence de Floride de Donald Trump et remises en février par les équipes de l'ancien président américain à l'agence nationale des archives, la police fédérale a retrouvé des dizaines de documents classifiés, dont 25 portant la mention "top secret". Cette découverte a permis au FBI d'obtenir l'autorisation de perquisitionner le 8 août la propriété de Mar-a-Lago.

C'est la présence de documents extrêmement confidentiels dans des cartons récupérés chez Donald Trump qui a provoqué la perquisition de la police fédérale américaine (FBI) dans la résidence de l'ex-président, révèle un document judiciaire publié vendredi 26 août.

Cet acte de procédure, écrit avant la perquisition du 8 août afin d'en obtenir l'autorisation, expose les raisons pour lesquelles les enquêteurs fédéraux ont jugé nécessaire cette opération de police, absolument inédite pour un ancien président et à l'origine d'une tempête politique.

>> À lire aussi : "La perquisition choc du FBI à Mar-a-Lago peut-elle déboucher sur l'inéligibilité de Donald Trump ?"

Le ministère américain de la Justice, contraint à cette divulgation par un juge, en a caviardé une très grande partie afin de protéger l'enquête. L'acte de procédure publié vendredi dresse, entre deux passages biffés de noir, un inventaire partiel de ces dossiers reçus en février, qui ont alarmé la police fédérale : 184 documents classifiés, dont 25 portant la mention "top secret", le plus haut degré de confidentialité.

En février, les équipes de Donald Trump avaient remis 15 boîtes de documents qu'il avait emportées en quittant la Maison Blanche à l'agence nationale des archives, chargée de consigner pour l'Histoire les activités présidentielles.

C'est après avoir examiné ces cartons que le FBI, convaincu que l'ancien président conservait en Floride d'autres documents classifiés, dans des conditions potentiellement inappropriées, a décidé de perquisitionner, saisissant à cette occasion une trentaine d'autres boîtes de documents.

Certains de ces documents comportaient le signe "HCS", qui dans le langage de la communauté du renseignement américain désigne les informations fournies par des "sources humaines", informateurs et autres agents sous couverture.

Des archives sensibles "gérées de façon inappropriée"

Selon la police fédérale, plusieurs documents portaient "ce qui semblait être des notes manuscrites" de Donald Trump. La police a également révélé que les fichiers retrouvés étaient dans certains cas "mélangés à d'autres dossiers".

Ces archives très sensibles n'avaient "pas été gérées de façon appropriée ni (n'étaient) stockées dans un endroit approprié", a conclu le ministère de la Justice, dans une lettre aux avocats de Donald Trump rendue publique vendredi.

Les agents ont fouillé le 8 août la demeure de Mar-a-Lago – 58 chambres et 33 salles de bains –, provoquant la fureur de l'ancien président et de ses partisans. Face aux critiques, le ministre de la Justice avait assuré avoir "personnellement approuvé" la perquisition.

Un juge fédéral a ensuite imposé aux autorités américaines de publier le document de 38 pages rendu public vendredi, tout en accédant à la demande d'expurger des passages entiers afin de protéger les investigations.

Réagissant vendredi, Donald Trump a de nouveau dénoncé sur son réseau Truth Social une "chasse aux sorcière", ainsi qu'un "subterfuge de com'". "Nous vivons dans un pays sans foi ni loi", s'était-il indigné peu auparavant.

Les enquêteurs soupçonnent le républicain d'avoir violé une loi américaine sur l'espionnage qui encadre très strictement la détention de documents confidentiels. Donald Trump a lui assuré que ces documents avaient été déclassifiés.

Donald Trump est aussi visé par des enquêtes sur ses efforts pour renverser les résultats de l'élection présidentielle de 2020 et sur son rôle dans l'assaut de ses partisans contre le Capitole, le 6 janvier 2021. Le républicain, qui flirte avec l'idée d'une candidature à l'élection présidentielle de 2024, n'est pour l'instant poursuivi dans aucune affaire.

Avec AFP