La découverte de deux corps prouve que la peste noire a bien atteint le sud de l'Italie

·2 min de lecture

La découverte de deux corps enterrés dans une abbaye dans les Pouilles fournit pour la première fois la preuve ADN que la peste noire a aussi atteint le sud de l'Italie durant le 14e siècle.

Le sud de l'Italie a-t-il été touché par le terrible épisode de la peste noire ? Lors du congrès Européen de Microbiologie Clinique et des Maladies Infectieuses (ECCMID), de nouveaux résultats ont été présentés et indiquent qu'au moins deux corps découverts dans cette région du monde présentaient des traces d'infection à Yersinia pestis, la bactérie responsable de la peste.

Des fouilles menées dans une abbaye

Au milieu du 14e siècle, l'Europe est frappée par la peste noire qui allait à terme décimer 60% de la population. Les historiens savaient déjà que l'épidémie avait atteint la Sicile en 1347. Sur le continent, elle est connue pour avoir mortellement touché les villes du nord et du centre de l'Italie. "Bien que des cas de peste noire soient signalés dans plusieurs documents historiques, aucun lieu de sépulture n'a fait l'objet d'une analyse ADN dans le sud de l'Italie", remarque la Société européenne de Microbiologie Clinique et des Maladies infectieuses dans publié le 8 juillet 2021. Des fouilles menées dans l'abbaye de San Leonardo de Siponto, dans les Pouilles, ont dévoilé une partie de l'histoire méconnue du sud du pays durant la peste noire. Ce lieu religieux était un important centre médical permettant aux voyageurs, aux pèlerins et aux marchands de se reposer. Une section de son cimetière a été utilisée de la fin du 13e siècle au début du 14e siècle. C'est ici que les archéologues ont découvert les tombes contenant les restes de deux hommes infectés par la peste.

Un cimetière et des pièces de monnaie pour dater les décès

"La récupération de l'ADN ancien de la peste sur les dents de deux adultes enterrés à l'abbaye de San Leonardo de Siponto est une découverte d'importance nationale, car c'est la première liée à la deuxième pandémie de peste (peste noire) dans le sud de l'Italie", a expliqué le Dr Donato Raele qui a dirigé la recherche. L'une des victimes était un homme d'un âge compris entre 30 et 35 ans. "Il portait une ceinture avec une boucle de fer re[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles