Découverte de la plus ancienne souche de peste chez un fossile humain

·2 min de lecture

Des chercheurs de l'université de Kiel, en Allemagne, publient dans Cell Reports les résultats des analyses génomiques conduites sur les dents et les os de quatre chasseurs-cueilleurs découverts au nord de la Lettonie. Sur l'un des individus, nommé RV 2039, ils y décèlent une souche de la bactérie Yersinia pestis, responsable de la peste. Cette souche date d'il y a 5.000 ans, soit 2.000 ans plus tôt que ce qui avait été jusque-là daté pour la présence de cette bactérie chez l'Homme. Selon le professeur Krause-Kyora du laboratoire d'analyses d'ADN ancien à l'université de Kiel, la souche découverte devrait être proche dans le temps de l'origine de la bactérie Y. pestis.

Les chercheurs soulignent que cette souche de Y. pestis contient déjà la plupart des gènes qui caractériseront la bactérie responsable de la peste noire (ou grande peste) qui a décimé la moitié de la population européenne au Moyen Âge (au milieu du XIVe siècle). Cependant, il manque à cette souche le gène permettant aux puces d'être l'un des vecteurs de la bactérie. Ce mode de transmission entre l'animal et l'Homme a en effet conduit au développement de bubons purulents et d'une contagion accrue entre humains au cours de l'épidémie de peste médiévale. La transmission de la peste par les puces nécessitait aussi la mort de l'hôte humain et l'apparition de ce gène pourrait donc avoir entraîné l'évolution de la forme mortelle de Y. pestis pour l'Homme.

Mandibule de l'individu RV 2039 qui a livré l'ADN de la plus ancienne souche de Y. pestis. © Dominik Göldner, BGAEU, Berlin
Mandibule de l'individu RV 2039 qui a livré l'ADN de la plus ancienne souche de Y. pestis. © Dominik Göldner, BGAEU, Berlin

Plus contagieuse, plus virulente

Les chercheurs pensent donc que cette lignée n'était pas aussi contagieuse et virulente que sa version médiévale et qu'elle n'a pas causé le déclin massif de la population en Europe de l'Ouest à la fin du Néolithique. Cette hypothèse est corroborée par le fait qu'à l'âge de sa mort, entre 20 et 30 ans, RV 2039 présentait une importante quantité de bactéries dans son système sanguin. Or, des tests chez...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles