Découverte du plus ancien fossile d'insecte communiquant avec ses ailes

·1 min de lecture

Il a été baptisé Theiatitan azari. Avec ses 310 millions d'années, c'est le plus ancien fossile d'insecte utilisant ses ailes comme moyen de communication, révèle une étude de paléo-entomologistes.

"Il faut imaginer une très grosse sauterelle, au corps allongé faisant 10 à 12 cm de long, avec de grandes ailes très larges et de longues pattes ravisseuses, garnies d'aiguillons très nombreux. Donc, de redoutables prédateurs", détaille à l'AFP le Pr. André Nel, entomologiste au Muséum national d'Histoire naturelle. Le fossile, constitué d'une aile, a été trouvé par un "amateur extrêmement éclairé", Patrick Roques, co-auteur de l'étude parue dans , dans un terril de mine du Pas-de-Calais.

Signal d'alarme

A cette période du Carbonifère, "on est dans l'équivalent d'une forêt dense d'aujourd'hui, presque équatoriale", un décor de fougères géantes et d'arbres gigantesques, avec un monde animal foisonnant, mais encore minuscule. Nul dinosaure à l'horizon. Au sol, c'est le règne des petits vertébrés, avec des serpents, lézards et batraciens, mais aussi des arthropodes, comme le mille-pattes géant. Au-dessus, "les insectes dominent principalement les airs car ils sont seuls à savoir voler", raconte le chercheur. Et parmi eux, Theiatitan est un des mieux armés pour survivre.

Pourtant il a disparu, il y a environ 200 millions d'années, avec les membres de son groupe, les titanoptères. Mais les modes de communication qu'il avait développés existent toujours dans le groupe apparenté des orthoptères, avec les sauterelles par exemple, mais aussi chez les lépidoptères, avec des papillons. Quand elle prend son vol, la sauterelle fait un bruit de crépitation, avec l'ondulation d'une membrane de ses ailes. "C'est un signal d'alarme et aussi un moyen de surprendre un prédateur in extremis", explique le Pr. Nel. "Son attention est détournée par le son pendant quelques secondes et laisse éventuellement le temps à l'insecte de s'échapper". Avec ses ailes, le grillon fait un chant de stridulation, qui "sert souvent de communication entre les sexes". D'autres insectes, dont certains papillons, "utilisent des signaux lumineux avec leurs ailes pour communiquer entre sexes ou alors pour dét[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles