Déconfiture mondiale

Libération.fr

Une quête familiale dans la pire des dystopies

Un homme est assis sur le toit de sa maison, pantelant. Les maisons et les voitures dérivent sous ses pieds dans un fleuve tourbillonnant. Son ordinateur et son portefeuille se sont noyés au rez-de-chaussée. Washington vient d’être balayé par un «événement climatique extrême» connu sous le nom d’ouragan Donald (sic). On est en 2022. Et ce n’est qu’un début. Julian West en réchappe de peu. Pas sa famille, sa femme et ses enfants, qu’il semble avoir perdus de vue comme ses meubles dans le cataclysme.

Ce prologue joue le détonateur d’une série noire de bouleversements qui s’enchaînent sans coup férir jusqu’en 2050. Car John Feffer n’y va pas de main morte. C’est comme s’il avait repris à son compte l’apocalypse biblique, tout en y ajoutant des raffinements supplémentaires : moustiques porteurs de virus, robots tueurs devenus fous, périls de l’excès et du manque d’eau. Dès la troisième page de son roman, le lecteur encore humide et groggy du déluge sauvage de Washington apprend que l’Union européenne, la Chine, la Russie et les Etats-Unis eux-mêmes se sont effondrés trente ans plus tard. Vite fait bien fait, l’auteur américain a réglé son compte à notre monde, sans s’embarrasser de fioritures. Apparemment.

Car ce qui intéresse John Feffer au fond, c’est de revenir ensuite sur les détails de cette déconfiture mondiale. Comme il craignait que l’extrapolation de ses analyses d’expert pointu en politique internationale n’intéresse guère les foules endormies capables de porter un Trump à la Maison Blanche, il s’est fait romancier. Rien de mieux qu’un conte, même (ou surtout ?) terrifiant, pour faire expérimenter le cauchemar dans la chair. Pour tenir en haleine jusqu’au bout.

Fragmentation.Son narrateur, Julian West, le rescapé de l’ouragan Donald, est un universitaire brillant en 2022. Sa discipline, la géo-paléontologie, consiste à exhumer des archives de ce qui a disparu, comme les empires, les fédérations, les unions (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Invitée à Bogotá
Lune et autres
En avant sur le champ d’honneur
romanslettreshistoirepsychanalyseRevueImages
Classement datalib des meilleures ventes de livres (semaine du 21 au 27/04/2017)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages