Déconfinement : la SNCF et la RATP tirent la sonnette d’alarme

Pourquoi la SNCF et la RATP ont-elles écrit à Édouard Philippe, lundi 4 mai ? “Ils le disent, ils n'ont pas les moyens humains et matériels de garantir le respect des gestes barrières. C’est un véritable cri d’alarme qu’ils ont lancé au Premier ministre. Leur principale crainte est de ne pas pouvoir garantir le respect de la distance d'un mètre entre les passagers, et en cas de forte affluence, de devoir restreindre, voire suspendre, le service, ce qui pourrait conduire selon eux à de forts risques de troubles à l'ordre public", explique la journaliste Maëva Damoy, en duplex de la gare Montparnasse, à Paris, lundi 4 mai. La capacité des transports pourrait être réduite “Pour éviter cela et pour les aider à réguler le flux de passagers, ils demandent un renfort des forces de l’ordre. S’ils ne l’obtenaient pas, ils précisent qu’il conviendrait de réduire la capacité des transports de 10 à 20%. Autre condition posée : que des amendes soient dressées à l’encontre des passagers récalcitrants. Enfin, en réponse, le ministère de la Transition écologique précise qu’en cas de forte affluence, des stations pourraient être fermées au public. Les employeurs sont invités à garder au maximum leurs salariés en télétravail”, conclut-elle.