Déconfinement: quelles différences entre les départements verts et rouges?

1 / 2

Déconfinement: quelles différences entre les départements verts et rouges?

Rouge ou vert, c'est l'heure du verdict pour le déconfinement. À quatre jours de l'échéance du 11 mai, le premier ministre Edouard Philippe dévoile ce jeudi les derniers détails de la remise en marche progressive du pays, quasiment à l'arrêt depuis bientôt deux mois.

Mercredi soir, 27 départements, principalement situés en Ile-de-France et dans le nord-est, étaient toujours classés rouge. Ce qui signifie que le virus y circule encore fortement et/ou que la pression sur les hôpitaux y est encore intense, contrairement aux 52 départements verts. 22 départements étaient encore classés oranges, couleur vouée à disparaître ce jeudi, au profit du rouge ou du vert.

Les différences entre départements rouges et verts

Le code couleur indiquera la manière dont va se dérouler le déconfinement au niveau local. Par exemple, les collégiens des départements rouges ne rentreront pas en cours à partir du 18 mai, contrairement à ceux des départements verts. 

Le tableau ci-dessous liste les différences entre départements verts et rouges. Vous pouvez défiler la liste ou écrire un mot clé dans la barre de recherche (école, sport...).

Voici la dernière carte de l'activité épidémique en France.

Si le début du déconfinement est prévu pour le 11 mai, le gouvernement se garde le droit de changer ses plans à la dernière minute. "Un plan éventuel de reconfinement" sera prêt en cas de nouvelle aggravation de la situation sanitaire, même si "ce n'est pas notre objectif", a averti mercredi Jean Castex, haut fonctionnaire chargé de coordonner le déconfinement. 

Plus de 25.000 morts depuis le début de l'épidémie

L'épidémie de Covid-19 a encore causé en France la mort de 278 personnes mercredi 6 mai, portant le total à 25.809 morts au moins depuis le 1er mars, a indiqué la Direction générale de la santé.

Outre la crise sanitaire, les signaux sont toujours plus inquiétants sur le front économique. En France, sous l'effet du coronavirus, 453.800 emplois ont été détruits au premier trimestre dans le secteur privé. Plus de 11 millions de salariés sont actuellement au chômage partiel.


A lire aussi


Article original publié sur BFMTV.com