Déconfinement progressif : l'hôpital ne "supportera pas une quatrième vague", estime le professeur Jean-Michel Constantin

·1 min de lecture

Emmanuel Macron a annoncé, dans le presse régionale, le calendrier en quatre temps du déconfinement à partir du 3 mai. Une réouverture progressive qui courra jusqu'au 30 juin à condition que la situation sanitaire ne se dégrade pas. Des annonces qui sont un soulagement pour l'ensemble de la population française, assure vendredi 30 avril sur franceinfo, Jean-Michel Constantin, anesthésiste-réanimateur à la Pitié-Salpêtrière et secrétaire général de la Société française d’anesthésie et réanimation. Mais il appelle les Français à la vigilance car l'hôpital "ne supportera pas une quatrième vague".

>> Suivez notre direct sur l'épidémie de Covid-19.

Ce plan de déconfinement "me semble prudent. Il est suffisamment large pour donner un peu de perspective", réagit Jean-Michel Constantin.

"Ce plan ne tiendra que s'il y a une respect et une conscience citoyenne de tout le monde."

Jean-Michel Constantin, anesthésiste-réanimateur à la Pitié-Salpêtrière

à franceinfo

"Toutes les équipes sont à genou. Donc, ça ne pourra tenir que si tout le monde fait des efforts pour pouvoir profiter de l'ouverture des terrasses, des lieux de culture, etc. Il faut que chacun fasse des efforts", assure le professeur Jean-Michel Constantin.

L'anesthésiste tient à préciser que la situation sanitaire n'est pas au beau fixe. "La décroissance va être lente. Il faut laisser de la place dans les hôpitaux", ajoute-t-il. Pour mettre à mal le virus, la seule solution reste le vaccin. "Je crois que la vaccination est (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles