Déconfinement : cette « moins bonne nouvelle » annoncée par Edouard Philippe

L’allocution tant attendue d’Edouard Philippe par les Français a enfin eu lieu. Ce jeudi 7 mai à l’hôtel de Matignon, le Premier ministre a donc présenté, après le discours de Jean Castex, ministre chargé du déconfinement, les ultimes détails du plan de déconfinement fixé au 11 mai par Emmanuel Macron. Confirmation de la date de la sortie de confinement, carte définitive des départements, déplacements de plus de 100 kilomètres, port du masque obligatoire et utilisation des transports, tous les aspects sur lesquels les Français se posaient encore beaucoup de questions ont été évoqués. Si la date du 11 mai évoquée par le président de la République a bel et bien été confirmée, Edouard Philippe a néanmoins confirmé qu’une « moins bonne nouvelle » était à prendre en compte.

« Des résultats moins bons qu’espérés »

« Certains départements ont des résultats moins bons qu’espérés, a débuté Edouard Philippe. La carte de France est claire : le pays est divisé en deux. Dans la majeure partie du pays, nous avons réussi à freiner la vague épidémique, nous avons retrouvé des marges de manœuvre à l’hôpital et nous sommes prêts pour les tests – les départements verts. S’ils se maintiennent en vert, nous pourrons envisager une nouvelle étape avec la réouverture des lycées, des restaurants, des cafés ». Si le mari d’Edith Chabre s’était jusqu’alors montré assez positif, le discours a pris une autre tournure pour les fameux départements classés « rouges », Mayotte et l’Île-de-France en particulier,

Retrouvez cet article sur Voici

VIDÉO Tous en cuisine : régalez-vous avec le délicieux tiramisu au café de Cyril Lignac !
Kate Middleton : pourquoi le prince George lui donne du fil à retordre en plein confinement
Qui veut gagner des millions à la maison : Valérie Lemercier raconte sa façon de préparer le déconfinement
VIDEO Les Z’amours : Bruno Guillon choqué par les révélations sur l’adultère d’une candidate
Lara Fabian : son émouvant hommage en chanson à Maurane, deux ans après sa mort