Déconfinement : l’appel à la réouverture des commerçants

Dans la réserve d’une boutique parisienne, des centaines de vêtements s’entassent. La patronne, Nathalie Friedlander, constate que de nombreuses pièces de mi-saison qui lui sont restées sur les bras. En tout, 500 000 euros de stock n’a pas encore été vendus. Elle doit néanmoins cet argent à ses fournisseurs. Alors pour elle, il est urgent de rouvrir le 10 mai, au plus tard. 150 000 commerces dit "non-essentiels" sont fermés depuis le 3 avril. Le gouvernement prévoit en effet leur réouverture à la mi-mai, en fonction de la situation sanitaire. Une question de survie Les week-ends prolongés de mai sont un enjeu majeur pour les commerçants, notamment en bord de mer. Jeudi 22 avril, plusieurs fédérations de commerçants tirent la sonnette d’alarme dans une tribune adressée au gouvernement. Pour eux, c’est une question de survie. "Cette dette, il va falloir la rembourser, et si certaines entreprises ne sont pas capables de la rembourser, elles n’auront pas d’autre choix que d’aller en liquidation et donc de licencier", explique Jean-Christophe Garbino, directeur général de Fashion Cube.