Déconfinement : les images lunaires de la réouverture d'un salon de coiffure à 00h01 moquée par les internautes

Pas de compte à rebours ni de feu d'artifice mais L'Histoire retiendra que Christophe fut donc le premier Français à se faire couper les cheveux, en ce lundi 11 mai 2020. Après près de deux mois d'éditions spéciales, BFMTV proposait donc logiquement de vivre "symboliquement" les débuts de ce premier jour de déconfinement. Direction un salon de coiffure de Clichy la Garenne (92) tenu par Karine, commerçante qui avait décidé de ne pas perdre de temps en accueillant ses premiers clients dès minuit ! À défaut de Festival de Cannes cette année, c'est sous une nuée de caméras (six médias dont M6 et BFMTV avaient fait le déplacement, ndlr) que la star du jour - ou de la nuit - a fait son entrée...

L'arrivée ultra-médiatisée du 'client 0'

Christophe, un "habitué" venu "se faire une couleur et rafraîchir les cheveux", a ainsi été accueilli par Karine - visière sur le visage - une gérante très émue de pouvoir rouvrir son commerce, plombé par deux mois de fermeture : "Cela fait drôle de revenir là... C'est plein d'émotion" a balbutié la coiffeuse interrompue par les nombreux coups de fil de clients (à minuit donc...). De son côté, le client-star s'est satisfait de la réouverture économique progressive du pays. Entouré de micros, masqué et après s'être lavé les mains avec du gel hydroalcoolique, Christophe a précisé qu'il n'était pas un client comme les autres puisque son employeur est la Région Ile-de-France tenue par Valérie Pécresse. Un bon moyen de montrer l'exemple et surtout de couper

Retrouvez cet article sur Télé-Loisirs

Déconfinement et transports : galère ou réussite ? Le bilan de la première matinée...
Shemar Moore : son émouvant hommage à sa maman décédée pour la fête des mères (PHOTO)
Casque d'or : un tournage tourmenté pour Simone Signoret, notamment en raison de sa vie sentimentale
Clara Morgane en tenue bien légère pour un tour en forêt ! (PHOTO)
Ce qui a aidé Patrick Bruel quand il était malade : "Je ne sais pas si c’est ça qui m’a sauvé, en tout cas je vous le conseille"