Déconfinement: Gabriel Attal prévient que "nous en sommes encore loin"

Ambre Lepoivre
·1 min de lecture
Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement. - BFMTV
Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement. - BFMTV

"Il pourrait y avoir une adaptation du confinement à partir du 1er décembre." Mais cet éventuel assouplissement ne doit pas être assimilé à un déconfinement. Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a averti devant la presse ce mercredi que "nous ne sommes pas du tout au déconfinement, on en est même encore loin".

"Nous n’avons pas gagné la bataille et relâcher nos efforts aujourd'hui serait dangereux", a encore prévenu Gabriel Attal.

"Il ne faut pas se priver de se réjouir des perspectives quand il y en a, mais il faut toujours rester prudent, ne pas donner le sentiment que la crise est derrière nous", a-t-il précisé quelques instants plus tard.

Ne pas aller trop vite

La levée des mesures restrictives devrait être progressive à partir du 1er décembre afin d'éviter un nouveau verrouillage du pays en 2021 et de préparer l'arrivée d'un vaccin qui sera l'enjeu majeur des prochains mois. Cette nouvelle stratégie se base sur l'expérience du printemps, où le déconfinement a été "peut-être un peu trop vite", a concédé Jean Castex mardi devant les députés de la commission d'enquête de l'Assemblée nationale.

Concrètement, cela veut dire que "des dispositions de freinage", c'est-à-dire des mesures de restriction, "perdureront" tant que le virus se propage, d'autant que l'hiver favorise sa circulation. Le gouvernement a en tout cas déjà la boîte à outils juridique grâce à l'état d'urgence sanitaire qui s'étendra jusqu'au 16 février minimum et permet d'activer librement le verrouillage de tout ou partie du pays, en ciblant la circulation des personnes, les rassemblements et l'économie ou en ayant recours à des couvre-feux.

Article original publié sur BFMTV.com