Déconfinement : la crainte d’une seconde vague de contamination

La situation sanitaire commence petit à petit à s’améliorer dans le Haut-Rhin. Pourtant, à Colmar, c’est l’inquiétude qui continue de se faire ressentir. "Il ne faudrait pas y avoir à une deuxième vague là", se méfie Elisabeth Gaertner, cheffe du service anesthésie et réanimation à l’hôpital Louis Pasteur. Elle pourrait avoir des conséquences graves sur un établissement où le personnel travaille d’arrache-pied depuis des semaines. Un déconfinement trop précipité ? Pour lutter contre la propagation de ce coronavirus, le confinement avait fait ses effets, mais il devrait bientôt prendre fin. "Je pense que deux semaines de plus, ça aurait permis à l’hôpital de finaliser cette désescalade, de se remettre en ordre pour gérer la suite", pense le docteur Eric Thibaud, chef du service des urgences à l’hôpital Louis Pasteur de Colmar. Les soignants espèrent donc que les Français continueront d’appliquer les gestes barrières pour se protéger.