Déconfinement : chaleur et masques, un mariage difficile

Si la chaleur arrive et que les masques s’avèrent étouffants, pas question pour autant de baisser la garde. À Bordeaux (Gironde), où le thermomètre devrait atteindre les 30 degrés, peu de masques sont visibles sur les quais de la Garonne. "Courir avec un masque, c’est quand même étouffant", explique un joggeur. "Quand on court, c’est compliqué avec le masque on a du mal a respirer", rajoute une sportive.

A la recherche du "masque idéal" D’autres se sont protégés du soleil et du virus malgré les inconvénients du port du masque. Et puis il y a ceux qui l’ont, dans le sac mais pas sur le visage. Masque en tissu, masque jetable… Chacun a ses petites préférences. À Bordeaux, le masque est obligatoire dans deux rues piétonnes. "On est en train de chercher chacun le masque idéal", résume un passant. Malgré la chaleur, il convient de poursuivre les gestes barrières.