Pas de déconfinement, mais un assouplissement en trois étapes : ce que devrait annoncer Emmanuel Macron ce mardi

·1 min de lecture

C'est une allocution télévisée très attendue que donnera Emmanuel Macron ce mardi 24 novembre. Plus de trois semaines après l'entrée en vigueur du deuxième confinement, le chef de l'Etat s'adressera aux Français pour faire le point sur la situation sanitaire et sur un éventuel allègement des mesures prises pour endiguer l'épidémie.

Mais alors que le Premier ministre Jean Castex a d'ores et déjà annoncé la probable réouverture des commerces, hors bars et restaurants, aux alentours du 1er décembre, il ne faut pas s'attendre à un déconfinement de la population, ont fait savoir le président de la République et le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal au Journal du dimanche.

Dans une interview accordée au JDD paru ce 22 novembre, Gabriel Attal annonce en effet que "le confinement va se poursuivre et donc la restriction des déplacements aussi". En fonction de l'évolution sanitaire mais aussi "des risques lié à certaines activités", le porte-parole du gouvernement dévoile que "les assouplissements se feront en trois étapes", et cite trois dates. Autour du 1er décembre, qui devrait donc être marquée par la réouverture de certains commerces, puis "avant les congés de fin d'année", et enfin "à partir de janvier 2021".

Lors de sa prise de parole mardi, Emmanuel Macron veut donner "un cap" aux Français. "Rien n'est pire que l'incertitude et l'impression d'une morosité sans fin", a déclaré le chef de l'Etat au JDD, tandis que le ministre de la Santé Olivier Véran explique qu'il n'est (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Boris Becker, comment est-il passé de la gloire au déshonneur ?
Philippe Labro : "L'assassinat de John F. Kennedy a été un vrai tournant dans ma carrière de journaliste"
Derrière l'étoffe des héros (Disney +) : plongée dans les coulisses des prémices de la conquête spatiale américaine
Déconfinement : voici la date à laquelle pourraient rouvrir les commerces "non-essentiels" selon Jean Castex
Soutenez l'UNICEF lors de la Journée mondiale de l'enfance : "Ils sont les victimes des conséquences de cette pandémie"