Déconfinement : un assouplissement souhaité, mais redouté

Depuis une semaine, les Français circulent plus librement. Les terrasses des cafés sont désormais ouvertes. Malgré l’impatience de certains, la prudence reste de mise. "Quand on voit les terrasses, les gens sont déjà bien proches les uns des autres. Je ne sais pas si c'est prudent pour l'instant", abonde un Lillois. "La vie nocturne, ça nous manque vraiment", émet une habitante de Lille (Nord). "Maintenant il faut ouvrir les frontières aussi, parce que nous retraités, on aimerait bien partir", souligne une retraitée nordiste. Assouplir le déconfinement, les entreprises et les parents d’élèves le souhaitent. Un dilemme pour le gouvernement D’après le Conseil scientifique, cela serait possible. Le coronavirus circule moins activement : 1 000 contaminations contre 6 000 au plus fort de l’épidémie. Les Français ont également adopté les gestes barrières. Tous les voyants sont au vert d’après le Pr Lacombe, infectiologue à Paris. Mais les rassemblements provoquent des risques. C’est la bête noire des autorités. Le Dr Crepey, épidémiologiste à Rennes (Ille-et-Vilaine) met en garde sur ce genre de risques difficile à gérer. Déconfinement moins strict ou pas, c’est le dilemme de l’Etat.