Le déconfinement, ça n'est pas pour maintenant mais voici comment bien le préparer - BLOG

Catherine Grangeard
La façon de vivre le confinement est un révélateur de l’état profond qui est le sien. Que cette crise serve au moins à cela. Ce n’est pas une catastrophe. C’est une alerte. (image d'illustration)

BLOG - Voici quelques astuces pour attendre le déconfinement. Comme toute grande sortie qui se respecte, elle se prépare.

On peut profiter pleinement de la fin du confinement et faire triompher Eros contre Thanatos!

La pulsion de vie s’impose face au virus et son lot de complications présentes et à venir. 

Les rendez-vous à prendre

Pour certains, le rendez-vous amoureux s’impose comme prioritaire parmi les prioritaires. Enfin retrouver l’être aimé! C’est certain, ils sont nombreux à l’avoir déjà prévu. Pour d’autres, il faudra trouver rapidement un être à aimer… Les blagues qui circulent sur les réseaux sociaux en témoignent.

Le rendez-vous urgent sera médical pour d’autres personnes.

Parce que l’état de santé ne s’est pas amélioré par miracle depuis le 17 mars. Or, les consultations, les opérations ont été reportées. Les dentistes vont être débordés, les gynécologues, les ophtalmo… encore pire que d’habitude! Mieux vaut s’en occuper dès à présent.

On sait que les effets du confinement sont aussi psychiques. Les psy vont être bien occupés.

Durant cet enfermement, de nombreux problèmes enfouis ont resurgi. Il serait de bon ton de ne pas laisser se refermer ce qui s’est ouvert psychiquement. Mieux vaut enfin régler ce qui entrave. Entretenir l’élan vital qui a pu être stimulé peut être la meilleure décision. Attention à ce que cela dure plus longtemps que certaines résolutions du 1er janvier!

Si le confinement rime avec effondrement. Il y a urgence. Aux grands maux les grands remèdes. Rien ne va s’arranger dans le fond par le seul fait de sortir de chez soi. Rendez-vous psy obligatoire. 

La façon de vivre le confinement est un révélateur de l’état profond qui est le sien. Que cette crise serve au moins à cela. Ce n’est pas une catastrophe. C’est une alerte.

L’acceptation de soi commence par admettre ses faiblesses et vulnérabilités, pour les surmonter. S’engager à traiter les causes et pas seulement les conséquences est une sage conclusion.

Si la pression du confinement subi...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post