Décolorations toxiques : l'Anses recommande d'arrêter les persulfates

AFP
Les décolorations toxiques représentent la 2e cause des asthmes professionnels liées à des expositions aux produits chimiques.

SANTÉ - L’agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) recommande de “réduire au maximum” et “dans les meilleurs délais” les substances persulfates dans les produits capillaires car elles présentent des risques pour la santé, à savoir des allergies qui peuvent être graves.

Ces substances sont utilisées notamment dans les produits de décoloration capillaire, précise ce mercredi 12 juin l’agence sanitaire, qui publie ses travaux d’expertise à ce sujet . Elle a ainsi mis en évidence des risques pour la santé des professionnels et des consommateurs.

Deuxième cause des asthmes professionnels

Ces substances sensibilisantes provoquent des réactions allergiques au niveau respiratoire et cutané. Elles représentent la 2e cause des asthmes professionnels liées à des expositions aux produits chimiques, après les ammoniums quaternaires (retrouvés dans des désinfectants, ndlr), relève l’Anses. 

D’après les données disponibles (publications scientifiques et données du système de surveillance) “la très grande majorité des cas de réactions allergiques en lien avec ces substances sont observées dans le secteur de la coiffure”.

“L’exposition des professionnels se produit surtout lors de la préparation, de l’application et du rinçage des produits, par voie respiratoire et cutanée. Les consommateurs peuvent également être exposés lors de l’utilisation des produits de décoloration à utiliser chez soi et en tant que clients des salons de coiffure”, note l’agence sanitaire. 

 

D’autres pays confirment cette thèse

Plus de 1000 cas de pathologies professionnelles liées aux persulfates ont été recensés par le Réseau national de vigilance et de prévention des...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post