Les déclarations d’impôts de Trump finalement rendues publiques

DAVID DEE DELGADO / REUTERS

La presse américaine a commencé vendredi à éplucher les milliers de pages de documents rendus publics vendredi par la Commission parlementaire en charge de la fiscalité, point d’orgue d’une interminable procédure, freinée des quatre fers par Donald Trump.

“Si l’essentiel du contenu des déclarations était déjà connu, grâce notamment aux deux rapports dévoilés la semaine dernière, la publication de la totalité des documents de la période 2015-2020 devrait ouvrir une rare fenêtre sur la complexité des finances de M. Trump”, observe The New York Times. Elle devrait également permettre de déterminer si l’ancien président “a profité des lois fiscales qu’il a lui-même promulguées”, ajoute le quotidien.

CNN retient de sa première lecture que “l’ancien président a payé très peu d’impôt fédéral la première et la dernière année de sa présidence, déclarant d’énormes pertes pour pouvoir réduire sa facture fiscale”. Trump n’aurait pas non plus lésiné sur les frais financiers et professionnels, afin de rabaisser au maximum le montant de ses revenus.

De son côté, The Washington Post se plaît à souligner que le milliardaire, “qui avait l’habitude de vanter ses efforts philanthropiques”, a donné “relativement peu d’argent à des œuvres caritatives” : à peine plus de 500 000 dollars en 2019, et “rien du tout en 2020, quand la pandémie de coronavirus ravageait l’économie” et que les banques alimentaires tournaient à plein régime.

Donald Trump, qui n’a pas ménagé ses efforts pour empêcher la publication de ses déclarations d’impôts – contrairement à l’usage présidentiel en vigueur – a fustigé vendredi une décision “qui aura des conséquences horribles pour beaucoup de gens. La grande fracture américaine va devenir encore pire”, selon des propos cités par The Hill.

“Violation de la vie privée”

Dans son éditorial, The Wall Street Journal reconnaît que “M. Trump semble avoir embauché une armée d’avocats pour exploiter la moindre faille du code des impôts”. Mais pour le titre conservateur, les premières révélations “ne sont ni flatteuses ni particulièrement accablantes pour M. Trump” et ne justifiaient certainement pas un tel déballage.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :