Déclaration des nanomatériaux : "Clairement, les entreprises ne font pas correctement leur travail", dénonce l'Anses

Anne-Laure Barral
·1 min de lecture

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail publie mardi 1er décembre un bilan des déclarations des nanomatériaux que les industriels sont obligés de faire tous les ans depuis 2013, et alerte sur le fait que, sur les 52 000 déclarations analysées, "90% des données de caractérisation des nanomatériaux telles que la taille, la surface spécifique, la charge de surface ne sont pas exploitables et 10% seulement renseignent correctement leur usage".

"Clairement, les entreprises ne font pas correctement leur travail", commente sur franceinfo Olivier Merkal, le chef de l'unité d'évaluation des risques à l'Anses, qui pointe la difficulté de savoir, alors, si ces nanomatériaux sont dangereux pour notre santé ou non.

Une traçabilité afin d'évaluer les risques

Les nanomatériaux sont présents dans de nombreux produits du quotidien, tels que les crèmes solaires, les textiles, les aliments, les peintures, etc., et sont donc utilisés dans des secteurs industriels aussi divers que le bâtiment, l'automobile, l'emballage, l'agro-alimentaire, les produits cosmétiques ou encore les produits de santé.

"Ce qu'il faut bien comprendre, c'est qu'à un moment donné on perd leur trace, et on a besoin de cette traçabilité pour connaître les substances, savoir où elles sont pour évidemment évaluer les risques", explique le chef d'unité.

"Il y a encore beaucoup d'incertitudes qui entourent les (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi