La décision de La Haye ne met pas fin à la crise entre Pékin et Manille

Courrier International

Dans une décision historique rendue le 12 juillet, la Cour permanente d’arbitrage de La Haye a donné tort à la Chine. “Le Tribunal considère qu’il n’y a pas de base légale aux revendications historiques de droit aux ressources dans les zones maritimes à l’intérieur de la ‘ligne en neuf points’.” Cette ligne dessinée il y a plus de cinquante ans par Pékin correspond à une zone de la mer de Chine méridionale que Pékin revendique.

“Il a été finalement déterminé que la mer des Philippines occidentales [appellation de Manille] appartient bien aux Philippines et non pas à la Chine”, a aussitôt annoncé le Philippine Daily Inquirer.

Le secrétaire d’Etat des Philippines, Perfecto Yasay Jr., cité par le site du quotidien, a salué cette décision durant une très courte conférence de presse mais il a exhorté les Philippins “à la mesure et à la sobriété”.

La Cour permanente d’arbitrage de La Haye “a émis une décision illégale et invalide, a affirmé l’agence officielle Xinhua à l’annonce de la décision. La Chine ne l’accepte pas, ne la reconnaît pas.”

Intimidation et grandes manœuvres

Les deux pays se disputent la souveraineté sur les eaux et les atolls de cette partie de la mer de Chine méridionale. La Chine a consolidé des récifs coralliens et contrôle depuis 2012 le récif de Scarborough, situé à l’intérieur de la Zone économique exclusive (ZEE) philippine. Elle y a progressivement installé une base aérienne.

Dans un éditorial, l’agence officielle chinoise qualifie en outre la décision d’arbitrage d’“absurde”, de contraire au droit et d’inéquitable. Elle a “brisé l’ordre et la sécurité régionale ainsi que le système de dialogue, elle ne stabilise pas l’Asie-Pacifique, elle y crée le désordre, c’est un fauteur de troubles”. La Cour crée “un précédent dangereux”, affirme Xinhua.

“La Chine sera ferme comme un roc face aux vagues ou aux œufs pourris, titre ce 12 juillet le quotidien officiel Huanqiu Shibao. Elle a annoncé à l’avance qu’elle considérerait cette annonce comme un ‘bout de papier usagé’. Quant à savoir si l’arbitrage créerait une grave crise politique, le monde entier se pose la question.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles