Une décision de la Cour suprême pourrait menacer l'accès à l'IVG aux Etats-Unis

Le site Politico a provoqué une déflagration politique lundi 2 mais 2022 en révélant, sur la base d'une fuite inédite d'un document interne, qu'une majorité des juges de la Cour suprême étaient prêts à enterrer l'arrêt "Roe v. Wade" de 1973, qui protège le droit des Américaines à interrompre leur grossesse.

"L'avortement est un droit", "l'avortement fait partie du droit à la santé", tels étaient les slogans du plus d'un millier de manifestants ayant défilé tout au long de la journée du mardi 3 mai 2022 devant la Cour suprême à Washington. Leur crainte est celle d'un "retour en arrière" pour le droit à l'avortement aux Etats-Unis : "Je suis venue manifester aujourd'hui parce que je ne pouvais pas rester chez moi", raconte à l'AFP Adriane Busby, 40 ans, portant un casque de vélo rouge. "Je ne pensais pas qu'on serait encore là, en 2022, à manifester et à débattre sur cette question", ajoute-t-elle. Le site Politico a provoqué une déflagration politique lundi soir en révélant, sur la base d'une fuite inédite d'un document interne, qu'une majorité des juges de la Cour suprême étaient prêts à enterrer l'arrêt "Roe v. Wade" de 1973, qui protège le droit des Américaines à interrompre leur grossesse. Ce probable revirement "est une violation scandaleuse de la vie privée des femmes et de leur capacité à disposer de leurs corps", estime Adriane Busby.

"Je suis sous le choc"

Comme elle, des centaines de manifestants, en grande majorité favorables au droit à l'avortement, se sont rassemblés dès lundi soir et mardi toute la journée, avec des pancartes comme "les vrais monstres portent des robes (de juges, ndlr)" ou "gardez vos décisions politiques en dehors de mon corps". "Je suis sous le choc", dit à l'AFP mardi matin Tarra Kuroda, une femme âgée de 47 ans, soit presque l'âge de la décision "Roe v. Wade". "J'ai deux jeunes filles, et je suis aussi ici pour elles, (...) pour protéger leur futur", raconte-t-elle, une pancarte "Mon corps, mon choix" à la main. Autour des manifestants sont présents de très nombreux journalistes, sous le ciel gris, en plein coeur de la capitale fédérale.

"Plus jamais"

De ce projet de décision, non définitif, Tarra espère qu'il "rassemblera les gens pour les élections de mi-mandat (prévues en novembre) pour élire des personnes qui, espérons-le, voteront[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles