Comment déchiffrer les écritures anciennes et des symboles inconnus ?

© Diego Delso/Wikimedia commons

Tracées sur le sol sablonneux de la province désertique de Nazca, dans le sud du Pérou, ces gigantesques figures ne cessent d'intriguer la communauté scientifique. Deux grandes hypothèses ont été émises quant à leur signification depuis leur découverte en 1926 par un archéologue péruvien. On a d'abord attribué à ces lignes une finalité astronomique et calendaire. Puis, à partir des années 1970, la théorie du culte chamanique s'est imposée : ces figures auraient été suivies tel un chemin lors de processions rituelles liées au culte de l'eau. Certains chamanes avaient des animaux totémiques, ce qui expliquerait les figures zoomorphiques telles que le singe, le jaguar, l'araignée ou le colibri. La découverte récente de vestiges d'autels sous des tumulus placés à l'extrémité de certaines figures, avec des restes d'offrandes (poteries, plantes, coquillages...), conforte cette hypothèse. Par ailleurs, la découverte récente de nouvelles représentations grâce aux technologies modernes de détection aérienne prouve que les géoglyphes n'ont pas été tracés seulement par la civilisation nazca – une culture précolombienne qui se développa entre -300 et 800 – mais aussi par leurs prédécesseurs, les Paracas. Fait troublant: alors que la plupart des géoglyphes de Nazca ne sont visibles que du ciel, ceux des Paracas ont été gravés à flanc de coteau, et peuvent donc être vus depuis la terre. Enfin, les figures des Paracas représentent le plus souvent des hommes, ce qui n'est pas le cas de celles (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

On sait maintenant pourquoi les batiments antiques romains resistent si bien au temps
Prêtres, scribes… les figures incontournables de l'Egypte antique
Où trouve-t-on les plus anciens immeubles de la planète ?
Les archéologues se seraient trompés depuis le début sur les momies
D’où vient la tradition de la galette des Rois ?