Des déchets de plastique passés au micro-ondes peuvent devenir une source d'hydrogène

Julie Kern, Rédactrice scientifique
·1 min de lecture

Parfois, les recherches scientifiques prennent la forme d’expériences plutôt insolites. C’est le cas pour cette équipe de chimistes de l’université d’Oxford qui ont mixé différents déchets plastique avant de les « cuire » au micro-onde pour produire de l’hydrogène gazeux. Leur travail est publié dans Nature catalysis.

Recette pour faire de l'hydrogène à partir du plastique

Les scientifiques ont mené cette expérience pour essayer de valoriser les déchets plastique qui ne cessent de s’accumuler dans la nature. Selon eux, ces plastiques pourraient être une ressource pour produire de l’hydrogène et en faire, entre autres, du carburant.

Ils ont donc mixé des sacs en plastique (polyester), des emballages alimentaires (polypropylène) et du polystyrène dans un mixeur de cuisine jusqu’à obtenir des fragments d’environ cinq millimètres. Les fragments ont été mélangés avec une préparation contenant de l’oxyde de fer et d’aluminium et de l’acide citrique à parts égales qui catalyse la réaction de déshydrogénation des plastiques.

Une équipe de chimistes a mené une expérience avec des déchets plastique. © Bowonpat, Adobe Stock
Une équipe de chimistes a mené une expérience avec des déchets plastique. © Bowonpat, Adobe Stock

Une analyse par chromatographie

L’échantillon est placé dans un tube de quartz et passé dans un « micro-onde » de 1.000 watts construit par les scientifiques, puis soumis aux micro-ondes pendant une durée comprise entre trois et cinq minutes.

Les gaz issus de cette réaction ont été analysés par chromatographie en phase gazeuse. Ce protocole a permis d’extraire 97 % de l’hydrogène compris dans le plastique sous forme gazeuse. La partie carbonée solide est récupérée sous la forme de nanotubes. La transformation ne prend qu'entre 30 et 90 secondes.

Selon Peter Adwards, à la tête de cette recherche, ces résultats sont « une solution potentielle et attractive au problème des déchets plastique ».

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura