Déchets nucléaires : des élus s'opposent à la déclaration d'utilité publique du projet Cigéo

·1 min de lecture

Quatre communes situées dans le périmètre du projet d'enfouissement en profondeur de déchets radioactifs, baptisé Cigéo, ont émis des avis défavorables à la demande de déclaration d'utilité publique (DUP) formulée par l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), a appris l'AFP vendredi 26 mars auprès de la préfecture de la Meuse.

Au total, 14 collectivités locales étaient sollicitées: les 11 communes concernées par le périmètre du projet, ainsi que les deux Conseils départementaux de Meuse et de Haute-Marne, et le Conseil régional Grand Est. Dix établissements publics (deux communautés de communes, cinq syndicats des eaux, deux syndicats mixtes et un pôle d'équilibre territorial et rural) ont également été invités à se prononcer.

Les communes de Bure, Horville-en-Ornois, Mandres-en-Barrois et Ribeaucourt ont émis des avis défavorables, à chaque fois assortis d'argumentaires détaillés.

À Bure, où se trouve actuellement le laboratoire qui étudie la faisabilité du projet Cigéo, le conseil municipal estime entre autres que le dossier "minimise les risques encourus par le rejet des eaux de Cigéo", ou que le porteur de projet "s'approprie les routes, les chemins, sans concertation ni avis".

La mairie de Mandres-en-Barrois déplore, notamment, que le projet "prévoit le défrichement immédiat de plusieurs dizaines d'hectares au bois Lejuc, poumon vert de la commune et des habitants".

Deux autres communes (Bonnet et Houdelaincourt) n'ont pas rendu d'avis: Houdelaincourt (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Des débris d'une fusée SpaceX illuminent le ciel américain
La France devient une "zone à haut risque" pour l’Allemagne
Nouvelle-Aquitaine : les restaurateurs demandent la réouverture de leurs terrasses dès le 1er avril
Mais pourquoi la France est-elle à la traîne sur les autotests ?
Netflix souhaite bénéficier des aides publiques pour la culture