Décharge meurtrière d'Addis-Abeba : «une catastrophe annoncée»

Libération.fr
Des sauveteurs tentent de déblayer les décombres du glissement de terrain survenu dans une décharge d'Addis Abeba, le 13 mars.

Bezunesh Tamru, géographe spécialiste de l’Afrique de l’Est et professeure à l'université Paris 8, explique comment les autorités en rouvrant un lieu déjà saturé d'ordures ont créé les conditions du drame qui a fait 110 morts samedi.

Le bilan humain s’est alourdi après l’éboulement d’ordures survenu samedi soir dans la plus grande décharge d’Éthiopie, en périphérie de la capitale, Addis-Abeba. La catastrophe a fait plus de 110 morts. Bezunesh Tamru, géographe spécialiste de l’Afrique de l’Est et professeure à l’université Paris-VIII, revient sur les causes de ce drame. 

Qui sont les personnes touchées ?

Ce sont les populations les plus défavorisées, celles qui ne peuvent pas s’installer ailleurs. Dans cet endroit, on trouve des chiffonniers qui récupèrent le plastique ou la ferraille. Ils vivent parfois avec leurs familles et leurs enfants sur la décharge. Il y a toute une division du travail qui se fait sous le contrôle d’un certain nombre de chefs de gangs. Pour la ville, officiellement, ces gens n’existent pas. D’ailleurs, la plupart des habitants d’Addis-Abeda les ont découverts en même temps que la presse internationale, et ont été horrifiés par la catastrophe.

Comment expliquer cette situation ?

Jusqu’aux années 1990, quand la dictature militaire était au pouvoir, ces populations étaient expulsées. Le gouvernement actuel a levé le pied, même s’il continue à mener des opérations de déguerpissement. Le problème, c’est que cette décharge aurait dû être fermée au profit d’un nouvel endroit au nord de la capitale. Mais avec les contestations entre Addis-Abeba et les Oromo cet été [des émeutes du peuple Oromo, environ 35% de la population, pour protester contre le verrouillage des pouvoirs et l’accaparement des terres, réprimées par le pouvoir, ndlr] les camions n’ont pas pu y aller. La ville croulait sous les ordures en juillet, il y a même eu des cas de choléra. On a alors rouvert une décharge saturée. C’était une catastrophe annoncée.

A lire (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

La guerre en Syrie entre dans sa septième année avec un double attentat
La Grande Barrière de corail pourrait ne jamais se remettre de son blanchissement
L'ONU, nouvel adversaire de la surveillance de masse
Pays-Bas: forte participation aux législatives
Irak: sept morts dans un attentat à la voiture piégée à Tikrit

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages