Décarbonation des transports : la nécessaire transition écologique des deux-roues

© AFP

Le volet du rapport du Giec tout juste publié vient reconfirmer si besoin était l’importance de la décarbonation des transports dans la réduction des gaz à effet de serre. Une logique qui va également dans le sens des questions d’indépendance énergétique vis-à-vis des énergies fossiles portées cruellement par la crise internationale actuelle. Et pour ce qui concerne les deux-roues, la solution vient de la propulsion électrique, au bilan CO2 bien meilleur qu’un moteur à combustion interne, à condition que l’électricité soit produite de manière « verte », comme notre production nucléaire. Cela permet en outre de refaire le plein d’énergie pour une somme dérisoire en comparaison des prix à la pompe que l’on connaît aujourd’hui.

Lire aussi - Recharge à domicile, bornes publiques… Pourquoi la recharge est le talon d’Achille des véhicules électriques

L’autre axe de progrès concerne les émissions directes à l’échappement, facteurs de pollution atmosphérique (celle qui irrite les poumons et peut causer des maladies respiratoires), avec en parallèle la question des nuisances sonores. Autant de problématiques particulièrement cruciales en milieu urbain, directement résolues par l’emploi de motorisations électriques que les métropoles cherchent à privilégier. Ainsi l’instauration des ZFE (zones à faibles émissions) excluant les véhicules les plus anciens la journée en semaine et la mise en place du stationnement payant des deux-roues thermiques à Paris à la rentrée sont autant de fact...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles