"Une décélération de la hausse" : quand Gabriel Attal s’emmêle les pinceaux

·1 min de lecture

En cette période de crise sanitaire du Covid-19, l'exécutif est attendu au tournant par de nombreux Français. Et Gabriel Attal n'échappe pas aux polémiques. Après le discours de Jean Castex prononcé ce vendredi 29 janvier à la sortie d'un Conseil de défense sanitaire qui s'est tenu à l'Élysée, plusieurs membres du gouvernement à l'instar du ministre de la Santé Olivier Véran, ont pris la parole dans la presse, ce week-end et en ce tout début de semaine. C'est le cas du porte-parole du gouvernement, qui était l'invité du 8h30 franceinfo, ce lundi 1er février.

Pour tenter d'expliquer les dernières annonces du Premier ministre qui a, contre toute attente, écarté l'idée d'un reconfinement, le secrétaire d'État s'est appuyé sur les derniers chiffres de l'épidémie, avec une phrase quelque peu maladroite : "La semaine dernière, les contaminations ont augmenté de 10-15 %. La semaine qui vient de s'écouler, elles ont augmenté de 4 %. On voit qu'il y a eu une décélération, entre guillemets, de la hausse de l'épidémie", a-t-il déclaré. Un sourire en coin, Gabriel Attal qui est - rappelons-le - un très bon communicant, semblait lui-même peu convaincu par l'utilisation de cet oxymore. Cette formulation n'a d'ailleurs pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux.

L'expert en communication politique Philippe Moreau Chevrolet s'est emparé de son compte Twitter, avec un message chargé d'ironie. "Une 'décélération de la hausse de l’épidémie.' C’est magique", a-t-il publié. Un tweet qui a (...)

Lire la suite sur le site de GALA

« Calomnie » : Gérald Darmanin dénonce les fausses fuites dans son affaire d’agression sexuelle
Kelly Rowland (Destiny's Child) maman pour la 2e fois
Le prince Harry gagne son bras de fer contre plusieurs médias : que va-t-il faire de l'argent ?
Mort de Faustine Nogherotto (Star Academy) : de quoi souffrait-elle ?
VIDEO - "Je ne pense pas qu'on se reconfinera" : le Dr. Martin Blachier jette un pavé dans la mare chez Pascal Praud