Décès de Leïla Menchari, magicienne des vitrines d'Hermès

1 / 2
Défile de la collection automne/hiver 2020-2021 chez Hermès, en février 2020 à Paris

Paris (AFP) - Leïla Menchari, la créatrice tunisienne célèbre pour ses décorations flamboyantes des vitrines d'Hermès, est décédée samedi, a annoncé la maison de haute couture française dans un communiqué dimanche.

L'artiste nonagénaire née à Tunis en 1927 et que l'écrivain Michel Tournier appelait "la reine mage" a été jusqu'en 2013 la directrice artistique des vitrines du magasin du 24, rue du Faubourg Saint-Honoré à Paris.

"Elle n'a eu de cesse de susciter la curiosité, l'étonnement et l'émerveillement des passants, faisant des vitrines des théâtres foisonnants, fenêtres ouvertes sur l'ailleurs", a indiqué l'entreprise du luxe, qui a rendu hommage à une "rêveuse et conteuse hors pair".

Selon le quotidien français Libération, elle est décédée du Covid-19.

Les vitrines du siège historique de la maison étaient en effet semblables à de petits théâtres aux couleurs chatoyantes et aux décors inspirés en partie de son héritage tunisien, évoquant des jardins luxuriants ou encore des façades de palais orientaux.

"Quand on fait un décor, il faut qu'il y ait toujours du mystère, car le mystère est un tremplin pour le rêve. Le mystère incite à combler ce qui n'est pas révélé par l'imagination", confiait-elle à franceinfo.

Féministe, elle est née d'un père avocat, Abderrahman Menchari et d'une mère connue pour ses conférences sur l'émancipation des femmes, Habiba Ben Djellab.

Peintre formée aux Beaux-Arts de Tunis et à l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, elle a été mannequin un temps chez Guy Laroche avant d'entrer en 1961 dans l'équipe de décoration d'Annie Beaumel chez Hermès.

En 2017, une exposition au Grand Palais, "Hermès à tire-d'aile" a fait découvrir son travail à un public plus large.