Décès d'Hamed Bakayoko: un deuil national de 8 jours en Côte d'Ivoire

·1 min de lecture

Le Premier ministre ivoirien s’est éteint, mercredi 10 mars en Allemagne, des suites d’un cancer. Les Ivoiriens pourront lui rendre hommage la semaine prochaine à Abidjan et Séguéla.

Avec notre correspondant à Abidjan, Pierre Pinto

La dépouille mortelle d’Hamed Bakayoko sera rapatriée, ce samedi 13 mars, en Côte d’Ivoire à une heure qui n’a pas encore été dévoilée. Les obsèques officielles du défunt Premier ministre et ministre de la Défense devraient débuter véritablement lundi par trois jours d’hommages à Abidjan.

Funérailles prévues vendredi 19 mars

Jeudi, après une cérémonie militaire, le convoi funéraire prendra le chemin de Séguéla, dans le nord-ouest du pays, d’où est originaire sa famille, et où il vient d’ailleurs d’être élu député. Les funérailles d’Hamed Bakayoko se dérouleront vendredi. « Hambak », comme il est surnommé, a succombé à un cancer foudroyant.

Après deux allers-retours en France en janvier pour des examens, le Premier ministre s’y était de nouveau rendu le 18 février pour y être hospitalisé. Il a ensuite été transféré à Fribourg, en Allemagne, le 6 mars pour y subir un traitement de la dernière chance. C’est là qu’il s’est éteint.

Le « Golden Boy » de la jeunesse

Depuis l’annonce de sa mort mercredi, les hommages se multiplient. Chefs d’État, responsables politiques ivoiriens ou étrangers, artistes de toute l’Afrique rendent hommage au « Golden Boy », extrêmement populaire en Côte d'Ivoire, notamment auprès de la jeunesse. L’annonce de son décès a provoqué des manifestations de tristesse et parfois de colère à Séguéla et à Abobo, la commune du nord d’Abidjan dont il était le maire.

► À lire aussi : Côte d'Ivoire: Abobo, une commune en deuil après la mort d'Hamed Bakayoko