Décès de Daniel Cordier, un des derniers Compagnons de la Libération

Il était l'un des tout premiers à avoir rejoint la France libre. Il était surtout une figure mythique de la Résistance. Daniel Cordier s’est éteint, vendredi 20 novembre, à l’âge de 100 ans. Le concerné a 19 ans, le 17 juin 1940, quand il entend le discours du maréchal Pétain qui annonce la capitulation de la France face à l’Allemagne. Il en est tout simplement révolté. "Ça a été un choc. Et puis, tout d’un coup, je me suis dit : 'Ce n’est pas vrai, c’est un vieux con, il n’a rien compris, il est trop vieux'", témoignait-il le 16 juin 2010. Chef de la résistance S’il n'a pas entendu l’appel du général de Gaulle le 18 juin, il rejoint tout de même Londres (Royaume-Uni) et s’engage dans la Résistance. S’agissant des propos du Général, Daniel Cordier avait d’ailleurs déclaré : "Je me souviendrai toujours de la première phrase : 'Je ne vous féliciterai pas d’être venus, vous n’avez fait que votre devoir.'" Le résistant est ensuite parachuté en France où il devient le secrétaire du chef de la Résistance : Jean Moulin. Cependant, il ne le connaîtra que sous son pseudo, Max.