Décès de Chris Cornell, le chanteur de Soundgarden : notre hommage en 5 films et séries

Raphaëlle Raux-Moreau

Ce mercredi 17 mai, le monde du rock a perdu l'un de ses plus grands. Chris Cornell, le chanteur au coeur des groupes Soundgarden et Audioslave, s'est éteint, quelques heures après être monté sur scène à Détroit, de causes pour le moment inconnues. Il avait 52 ans. 

Avec Soundgarden, groupe phare de la scène rock de Seattle, influenceur du mouvement grunge aux côtés de Nirvana, Alice in Chains ou encore Pearl Jam, Chris Cornell sévira de 1984 à 1997, avant que le groupe ne se reforme en 2010. Ensemble, ils enregistreront six albums. Leur plus gros succès restera "Superunknown", bolide qui marquera les années 90 avec des titres comme "Black Hole Sun", "Fell on Black Days" ou encore "Spoonman", qui ont secoué toutes les radios de l'époque et d'aujourd'hui. 

Avec Audioslave, formé en 2001, Chris Cornell enregistrera trois albums. En solo, celui qui était non seulement un chanteur d'exception, un auteur-compositeur mais aussi un guitariste de talent a sorti cinq albums. Chris Cornell a également fondé le groupe Temple of the Dog. 

Comment ne pas se voir téléporter dans les années 90 lorsque retentissent les sons de Soundgarden et d'Audioslave ? Comment ne pas secouer la tête ou avoir les larmes aux yeux au son de la voix si reconnaissable de Chris Cornell ?

Supernatural, Man of Steel, Mission Impossible 2, Machine Gun, Sons of Anarchy... Le monde du cinéma et des séries ne s'y est d'ailleurs pas trompé et lui a souvent confié les rênes de ses bandes-originales ou a tout simplement utilisé ses titres pour illustrer une scène. 

En hommage à Chris Cornell, ce grand artiste parti trop tôt, voici cinq de ses incursions les plus marquantes : 

"Collateral" (2004)

Pour parfaire l'ambiance de son thriller Collateral, Michael Mann a inclus l'un des titres du premier album d'Audioslave, "Shadow on the Sun", au cours d'une longue scène, forcément nocturne, dans laquelle Tom Cruise et Jamie Foxx parcourent Los Angeles et voient un coyote passer devant les phares du taxi : "Cette scène marque un tournant dans la progression de l'histoire (...) Cette chanson capture très justement ce moment pour moi", expliquait Mann à la DGA en 2012.

Deux ans plus tard, le réalisateur américain, très amateur du groupe, faisait de nouveau appel à la voix de Chris Cornell pour son Miami Vice. Deux chansons d'Audioslave sont ainsi entendues dans le film, "Shape Of Things To Come" et "Wide Awake".

"Casino Royale" (2006)



"Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités"... En 2006, Chris Cornell a, lui aussi, dû appliquer la devise de SpiderMan lorsqu'il a été chargé d'écrire et composer le nouveau thème de James Bond, celui-là même qui allait introduire les aventures de sa nouvelle incarnation, Daniel Craig.

La production cherchait un "chanteur puissant" qui parviendrait à "refléter la nouvelle direction dramatique de James Bond", comme l'expliquait Cornell à SongwriterUniverse. Amateur de la saga et surtout fan de Daniel Craig qu'il entrevoyait parfaitement pour le rôle, Cornell s'est mis à collaborer avec le compositeur du film David Arnold. De ces quatre mains, naîtra la chanson du générique, "You Know My Name", non disponible sur la BO et uniquement sur le second album solo de Cornell, "Carry On". 

Durant tout le film, on retrouve ainsi ce thème en lieu et place de l'habituel thème musical de James Bond, afin de figurer toute la jeunesse et l'inexpérience du personnage au moment de Casino Royale. Pour arriver, à la fin, à sa maturité et, donc, à la réémergence du thème culte. 

"Avengers" (2012)

Après plus de 10 d'absence, c'est bel et bien avec Avengers que Soundgarden fait son grand retour musical. C'est le titre inédit "Live to Rise", écrit pour les besoins du film et que l'on peut entendre durant les crédits de fin, que le groupe de Chris Cornell a livré en première instance au public. 

Dans une bande-originale expressément old school et prolongeant la tradition Marvelienne de clore ses films avec des titres rock, cette chanson inédite sonnait le retour de Soundgarden dans un environnement totalement différent, comme l'expliquait un Chris Cornell très conscient au Hollywood Reporter en 2012 :

"De nos jours, il n'y a pas de maisons de disques monolithiques et aux ressources apparemment illimitées et aux millions de dollars de profits. Elles n'existent pas. C'est pourquoi un partenariat comme celui-ci existe. L'industrie du film a tout ça et ils font de la promotion. C'est la seule manière de confronter sa musique aux gens - ça et l'ancienne manière de faire, c'est-à-dire monter sur scène et jouer"

A noter que l'année suivante, l'écurie concurrente, DC, utilisait sa magnifique chanson "Seasons" pour son Man of Steel, déjà présente sur la BO de la comédie dramatique de Cameron Crowe, Singles (1992). 

"De grandes espérances" (1998)

En adaptant le roman de Charles Dickens à une époque contemporaine, Alfonso Cuarón a également opté pour une bande-son de son temps. En marge de Tori Amos ou Pulp, le réalisateur mexicain a également invité Chris Cornell à venir poser sa voix sur la bouleversante histoire des Grandes espérances, portée par Ethan Hawke et Gwyneth Paltrow.

C'est la magnifique chanson "Sunshower", présente dans les bonus de la version japonaise du tout premier album solo de Cornell, "Euphoria Morning", qui a été choisie.

"Westworld" (2016)

Evidemment. On ne pouvait pas ne pas citer "Black Hole Sun" dans notre sélection. Ce qui restera comme la chanson la plus connue des Soundgarden et de Chris Cornell a été entendue de multiples fois à la radio et a été utilisée plusieurs fois par la fiction. On l'a entendue dans Beavis et Butt-head, Balade entre les tombes mais aussi dans Young Adult.

Récemment, c'est la série évènement Westworld qui a offert une très belle version au piano de ce titre phare des années 90, comme elle aime à le faire très souvent.

Réarrangé par le compositeur de la série, Ramin Djawadi, le titre parvient à transmettre toute la mélancolie que Cornell cherchait à faire passer lorsqu'il l'a écrit. "Personne ne semble le comprendre mais 'Black Hole Sun' est [une chanson] triste. Mais, parce que la mélodie est toute jolie, tout le monde pense que [c'est une chanson] presque joyeuse, ce qui est ridicule", confiait-il en 1994 à un magazine. 

Aujourd'hui, impossible de ne pas y déceler cette tristesse... et d'y entendre désormais une tendre nostalgie.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages