Décès du chef étoilé Albert Roux, star au Royaume-Uni

·2 min de lecture

LONDRES (Reuters) - Le chef français Albert Roux, qui, avec son frère Michel, a introduit la cuisine française à Londres dans les années 1960 et inspiré des générations de chefs, est décédé à l'âge de 85 ans, a annoncé sa famille mercredi.

Les frères Roux sont à l'origine d'un empire culinaire composé de restaurants, de livres, de programmes télévisés et d'un prestigieux concours de chefs, et ont exercé une influence presque inégalée sur la scène gastronomique britannique.

"Il a été un mentor pour tant de personnes dans la restauration et une véritable inspiration pour les chefs en herbe, dont moi", a déclaré le fils d'Albert, Michel Roux Jr, qui dirige le restaurant "Le Gavroche", fondé en 1967 par son père et son oncle.

Le frère cadet d'Albert, Michel, est mort en mars dernier à l'âge de 78 ans.

Les frères Roux, originaires de la petite ville de Charolles en Saône-et-Loire, sont arrivés à Londres à une époque où la capitale britannique était peu réputée pour sa gastronomie sophistiquée.

Ils ont d'abord travaillé à tour de rôle en cuisine et en salle dans leur restaurant "Le Gavroche", situé sur Sloane Square, dans le quartier chic de Chelsea. Le succès leur a permis de rapidement agrandir leur équipe.

"Le Gavroche" a été le premier restaurant en Grande-Bretagne à obtenir trois étoiles Michelin, consécration suprême dans le monde de la haute gastronomie.

En 1972, les frères Roux se sont diversifiés en achetant le "Waterside Inn", un pub traditionnel anglais situé dans le village de Bray, dans le Berkshire, à l'ouest de Londres. Ils l'ont transformé en un restaurant chic et un bar à cocktails.

En 1986, les deux frères décident de séparer leurs intérêts commerciaux. Michel et son fils, Alain Roux, prennent les commandes du pub "Waterside" tandis qu'Albert et son fils, Michel Roux Jr, ont gardé le contrôle du "Gavroche", qui est maintenant situé dans le quartier chic de Mayfair.

(Estelle Shirbon, version française Dagmarah Mackos, édité par Blandine Hénault)