Décès de Chantal Bronner, la grâce du jeu

Héliot, Armelle
La comédienne Chantal Bronner nous a quittés le jeudi 13 septembre 2018. Elle a travaillé notamment avec Patrice Chéreau et Nelly Kaplan. / Rue du Conservatoire

DISPARITION - Comédienne au théâtre comme au cinéma, metteur en scène, pédagogue, elle s'est éteinte jeudi 13 septembre des suites d'une maladie. Elle était la veuve de l'écrivain Nicolas Bréhal. Ses obsèques auront lieu jeudi 20 septembre, au Crématorium du Père Lachaise.

Allégresse, alacrité, élégance, ce sont les mots qui viennent, même en ce moment très triste où il faut saluer Chantal Bronner, une artiste merveilleusement faite pour la vie, mais qui s'est éteinte jeudi 13 septembre, vaincue par la maladie. La famille et les amis de Chantal Bronner lui diront adieu le jeudi 20 septembre, au Crématorium du Père Lachaise, salle Maumejean, à 15h45.

» LIRE AUSSI - Au Poche, retournons à l'école avec Chantal Bronner

» LIRE AUSSI - «Le Génie des bois» ou l'esprit du théâtre

Chantal Bronner ne faisait jamais peser sur les autres ses chagrins ou ses doutes. Elle avait de la classe. Quelque chose de très aristocratique s'imposait en elle. Mais sans distance. Elle était sensible, grand cœur, à l'écoute des autres. Au moment de rappeler son beau parcours, c'est à ses deux enfants que l'on pense, Charlotte, qui bientôt sera maman à son tour, et Anton, artiste dans l'âme, auteur et cinéaste. On pense à Nicolas Bréhal, disparu prématurément en 1999, écrivain très fin et sensible, d'origine russe, l'époux de Chantal Bronner.

Ils ne pouvaient que s'entendre, elle était un peu d'Amérique du Sud! Son père était parti s'installer au Costa-Rica dans les années 50 pour monter une entreprise de parfums. Il rencontra là-bas une femme particulièrement belle, qui, elle, venait du Nicaragua. Ils se marièrent à New York en 1954 et Chantal naquit quelque temps plus tard.

C'est dans la région de Cannes que Chantal Bronner a grandi et, plus tard, à l'adolescence elle est inscrite dans une école très chic de Neuilly. Le goût du théâtre, de la théâtralité de la vie, était dans la famille. Elle se souvenait de sa (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Cet étudiant veut faire entrer le théâtre d'improvisation dans toutes les universités 
Le théâtre étouffé par le politiquement correct 
Merveilles estivales en capitale 
Artisans de la scène: «Enchantements estivaux» 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro