Début de semaine dans le rouge pour Wall Street

WALL STREET OUVRE EN BAISSE

PARIS (Reuters) - La Bourse de New York a ouvert dans le rouge lundi, le risque d'une deuxième vague d'infection au coronavirus provoquant un retour d'aversion pour les actifs jugés risqués par les investisseurs.

L'indice Dow Jones perd 178,85 points, soit 0,74%, à 24.152,47 points et le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 0,55% à 2.913,74 points.

Le Nasdaq Composite cédait 0,65% à 9.061,98 points à l'ouverture.

"Une tendance à l'abri du risque a pris le dessus en ce début de cette semaine", a déclaré Lee Hardman chez MUFG qui redoute que la levée du confinement ait conduit à une reprise du taux d'infection dans certains pays.

L'épidémie semble en effet repartir en Allemagne, confrontée à de nouveaux foyers de coronavirus alors que le pays a commencé à lever les restrictions de sorties et de déplacements fin avril.

De nouveaux cas ont été recensés en Chine, la Corée du Sud a vu le nombre quotidien des contaminations atteindre un pic de plus d'un mois et la situation est également préoccupante en Russie et au Brésil.

L'espoir d'une reprise de l'activité commerciale et l'apaisement des tensions entre les Etats-Unis et la Chine a alimenté la hausse des marchés actions la semaine dernière, le Nasdaq effaçant même les pertes subies depuis le début d'année.

Cependant, l'indice de référence S&P 500 reste inférieur d'environ 13% à son niveau record de février et les analystes mettent en garde contre un nouvel épisode de forte baisse alors que les données macroéconomiques s'aggravent, préfigurant une récession mondiale profonde et durable.

En Bourse, le groupe de cosmétiques Coty gagne 3,85% après l'annonce de la cession d'une participation majoritaire dans son activité de beauté professionnelle et coiffure au fonds d'investissement KKR pour 4,3 milliards de dollars (3,97 milliards d'euros).

L'équipementier sportif Under Armour recule de 8,47% et le groupe hôtelier Marriott de 5,36% après la baisse de leurs résultats trimestriels.

Chesapeake Energy perd 3,04%, la compagnie pétrolière envisageant de se placer sous la protection de la loi américaine sur les faillites.




(Laetitia Volga, édité par Henri-Pierre André)