Débris spatiaux : comment le gecko peut nous aider à faire le ménage dans l’espace

·2 min de lecture

Fin 2020, l’Agence spatiale européenne (ESA) l’évoquait. La question des débris spatiaux qui encombrent l’orbite terrestre devient préoccupante. Qu’ils soient de la taille d’une bille ou bien plus volumineux parfois, tous constituent une menace pour les engins et les équipages envoyés dans l’espace. Alors, rayons laser, satellites éboueurs ou remorquage magnétique, les idées pour nous en débarrasser se multiplient.

Exclusif : la liste des 50 débris spatiaux les plus dangereux

Des chercheurs de l’université de Stanford (États-Unis) ont imaginé un robot capable de s’agripper à des objets. Son avantage : l’opération se déroule « naturellement ». Le tout grâce à un adhésif inspiré du gecko. Un lézard étonnant qui peut suspendre tout son poids avec un seul de ses doigts. « Comme le gecko, la plupart du temps, notre système n’est pas collant. Mais lorsque vous tirez dans la bonne direction, il s’accroche fortement », explique Mark Cutkosky, chercheur en génie mécanique, dans un communiqué de l’université de Stanford.

Cet « adhésif contrôlable » avait déjà fait la preuve de sa résistance aux radiations et aux températures extrêmes qui règnent dans l’espace. Les astronautes l’avaient même déjà fixé aux surfaces de la Station spatiale internationale (ISS). Et plus récemment, en avril dernier, c’est la pince adhésive complète qui a été montée sur Honey, l’un des Astrobee embarqué dans l’ISS et testé dans un environnement de microgravité.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Des étapes à franchir avant les tests dans l’espace

L’Astrobee est destiné à devenir l’assistant de bord des astronautes. Mais, pour l’instant, il est utilisé comme plateforme expérimentale. Il a permis aux...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura