Les débris d'un Falcon 9 ont enflammé le ciel des États-Unis hier soir. Et Internet !

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

Il y a trois semaines, le lanceur Falcon 9 développé par la société SpaceX a mis des satellites de la constellation Starlink en orbite. Jusqu’à là, rien d’extraordinaire. Seul bémol : la fusée n’est pas redescendue vers la Terre quand et où les ingénieurs l’attendaient. Bémol ? Pas pour tout le monde. Puisqu’au bout du compte, le retour dans l’atmosphère du lanceur — de son deuxième étage plus exactement — a donné lieu, dans la nuit dernière, à un spectacle magnifique dans le ciel des États-Unis.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

C’est du moins ce qu’estiment des astronomes et des météorologues. Puisque SpaceX n’a pas encore revendiqué la responsabilité dudit spectacle.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Rappelons que le lanceur Falcon 9 est une fusée partiellement réutilisable. Et que le deuxième étage incriminé ici est celui qui est chargé de guider l’engin dans son orbite. Celui qui n’est pas réutilisable.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

À en croire les astronomes, il n’est pas si rare que de tels débris pénètrent l’atmosphère terrestre. Celui-ci serait déjà le quatorzième d’une masse de plus d’une tonne depuis le début de cette année.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

L’altitude à laquelle ces débris se désintègrent — quelque 60 kilomètres — et leur vitesse de croisière — de l’ordre de 27.000 km/h tout de même bien inférieure à celle de pluies de météorites qui croisent aux alentours des 72.000 km/h — rendent difficile l’estimation du lieu et du moment de leur entrée dans l’atmosphère. Mais heureusement, ces événements ne sont généralement pas dangereux pour nous. Car tous...

> Lire la suite sur Futura