Le débris d'avion retrouvé à La Réunion appartient «avec certitude» au vol MH370

Libération.fr
Un policier et un gendarme à côté du débris provenant du vol MH370 à Saint-André de la Réunion, le 29 juillet 2015.

Le parquet de Paris a confirmé que le flaperon découvert en juillet à La Réunion appartenait bien au Boeing 777 de la Malaysia Airlines disparu en mars 2014.

Le fragment d’aile trouvé en juillet à La Réunion provient «avec certitude» du Boeing 777 de la Malaysia Airlines disparu en mars 2014 avec 239 personnes lors d’un vol entre Kuala Lumpur et Pékin, a annoncé jeudi le parquet de Paris. Les expertises permettent «d’affirmer avec certitude que le flaperon découvert à La Réunion le 29 juillet 2015 correspond à celui du vol MH370», selon un communiqué du parquet.

Les autorités malaisiennes avaient déjà assuré début août que cette pièce provenait du vol MH370. Le parquet de Paris, qui avait immédiatement ouvert une enquête car quatre victimes sont françaises, s’était montré plus prudent, évoquant de «très fortes présomptions».

Les expertises effectuées depuis au laboratoire de la direction générale de l’armement du ministère de la Défense (DGA TA), près de Toulouse, ont permis de relever «trois numéros à l’intérieur du flaperon» qui ont conduit à une société sous-traitante de Boeing, l’entreprise Airbus Defense and Space (ADS-SAU) à Séville (sud de l’Espagne), note le parquet dans son communiqué.

Le juge d’instruction et l’expert en aéronautique en charge du dossier se sont rendus jeudi au siège d’ADS-SAU. Des données techniques et «l’audition d’un technicien de l’entreprise» permettent «d’associer formellement l’un des trois numéros relevés à l’intérieur du flaperon au numéro de série du flaperon du MH370», conclut le parquet. La disparition du Boeing 777 avait entraîné de colossales opérations de recherches et nourri toutes sortes d’hypothèses dans ce qui est l’un des plus grands mystères de l’histoire de l’aviation civile.

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Pourquoi nous n'avons pas publié la photo d'Aylan Kurdi
Au Royaume-Uni, le boom des «contrats zéro heure»
Hollande et Merkel se mettent d'accord sur des «quotas contraignants» pour accueillir les réfugiés
La famille d'Aylan, l'enfant retrouvé mort sur la plage, avait demandé l'asile au Canada
La Pologne saisie par la fièvre du trésor nazi