Déboulonné à Paris, Voltaire fait son retour à la télé

Par Baudouin Eschapasse
·1 min de lecture
Le réalisateur de la série, Alain Tasma, ne dissimule pas s'être inspiré de la photo de « Barry Lyndon » de Stanley Kubrick, sorti en 1975.
Le réalisateur de la série, Alain Tasma, ne dissimule pas s'être inspiré de la photo de « Barry Lyndon » de Stanley Kubrick, sorti en 1975.

Ses écrits contre le fanatisme religieux résonnent étrangement aujourd'hui. Tout comme ses combats contre l'arbitraire politique. Voltaire (1694-1778) n'a cessé, dans son ?uvre, de défendre les libertés individuelles et de louer la tolérance. Il n'est pourtant plus en cour. Sa statue a été retirée d'un jardin parisien et l'on ne retient plus de ses livres que ses prises de position sexistes, homophobes, voire racistes.

Oublié le rôle du philosophe des Lumières à la veille de la Révolution française ? La figure de Voltaire s'efface progressivement de l'espace public. L'entreprise ne remonte pas à hier. Le visage de Voltaire qui ornait jadis les billets de 10 francs a été remplacé par celui de Berlioz en 1974 !

À LIRE AUSSIPourquoi la statue de Voltaire a été démontée

Voltaire, rempart aux fanatismes

C'est pour réhabiliter son image écornée que Georges-Marc Benamou et Alain Tasma ont voulu consacrer une série télévisée à ce penseur. Leur objectif était clair. Remettre au goût du jour cet auteur dont l'héritage est d'autant plus précieux que se réveillent les fanatismes de tous bords. Et pour ce faire, ressusciter le philosophe en lui rendant sa jeunesse et sa puissance subversive.

Le Voltaire de Georges-Marc Benamou et Alain Tasma est aux antipodes de l'image de vieux philosophe, sec et courbé, que le sculpteur Jean-Antoine Houdon a immortalisé. © Jo VoetsConsacrés aux premières années de l'écrivain, les quatre épisodes des Aventures du jeune Voltaire que diffu [...] Lire la suite