Les débats d'entre-deux-tours sont de moins en moins audibles, la preuve

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
En 2017, le débat d'entre-deux-tours entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen avait été particulièrement inaudible en raison des interruptions et des changements de parole incessants.  (Photo: via Associated Press)
En 2017, le débat d'entre-deux-tours entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen avait été particulièrement inaudible en raison des interruptions et des changements de parole incessants. (Photo: via Associated Press)

En 2017, le débat d'entre-deux-tours entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen avait été particulièrement inaudible en raison des interruptions et des changements de parole incessants. (Photo: via Associated Press)

POLITIQUE - Des échanges de plus en plus houleux. À quelques heures du débat d’entre-deux-tours entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, franceinfo s’est essayé à un travail de décryptage des archives des précédents débats pour déceler les évolutions entre 1974 et 2017. Et le bilan ne semble pas évoluer dans le sens de l’apaisement. La tendance qui ressort de cette analyse fait état d’une augmentation assez marquante des chevauchements de parole, devenant au fil des années un affrontement inaudible plus qu’un échange courtois.

Leur infographie permet de distinguer la circulation de la parole d’un candidat à l’autre: la courbe bleue change de position de bas en haut en fonction du candidat qui a la parole. Au milieu, se trouvent les journalistes.

Et force est de constater que depuis 2007 et le débat entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal, le rythme auquel la parole change de main s’est accéléré, comme le montre la courbe. Avant cette date, on compte entre 200 et 250 prises de paroles pour les débats présidentiels de 1981 et 1988.

Dès 2012, François Hollande et Nicolas Sarkozy ont pris la parole à 750 reprises au total, traduisant ce changement de méthode. Un changement qui laisse place à des interruptions, des coupures de paroles, des invectives et des interpellations au milieu des échanges plus nombreux. Lors du “match” entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen lors du dernier débat télévisé, franceinfo compte jusqu’à 850 prises de paroles, pour un débat pourtant moins long qu’en 2012.

Seule exception à cette évolution constatée, le premier débat opposant Valéry Giscard d’Estaing à François Mitterrand en 1974. Malgré un format plus court, les changements de parole avaient été particulièrement nombreux, ce que Catherine Kerbrat-Orecchioni, linguiste interrogée par franceinfo, explique par “la nouveauté de l’exercice” combiné à un “certain cafouillage dans la gestion des tours de parole” par les animateurs du débat de l’époque.

2017, le pire des débats?

Parmi les évolutions observées au fil des débats d’entre-deux-tours, celle des chevauchements de parole est particulièrement parlante. Pour 2007 et 2012 on dénombrait pas moins de 400 prises de paroles simultanées, soit le double que sur les débats précédents.

En 2017, le duel opposant Emmanuel Macron à Marine le Pen a encore doublé pour s’élever à 825 chevauchements de paroles, attestant de cette tendance grandissante à une forme de débat cacophonique, où les attaques personnelles et les invectives ont pris le pas sur les échanges courtois et respectueux de la parole adversaire. Pour le débat présidentiel de 2017, ce chiffre équivaut donc à près de 13 chevauchements de paroles par minute.

Si l’on ne prend pas en compte le premier débat de 1974, celui de 2017 compte également le plus grand nombre d’interpellations de l’adversaire par l’occurrence “vous” ou par le nom du candidat adversaire. Il y a cinq ans, c’est d’ailleurs Marine Le Pen qui avait été la plus remarquée par ses interpellations directes à Emmanuel Macron avec plus de 180 occurrences en 2h35 de débat, contre un peu plus de 150 pour son opposant.

À voir également sur Le HuffPost: Débat de l’entre-deux-tours : ces moments que Marine Le Pen ne veut pas revivre

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles