DÉBATPRÉSIDENTIEL L’arène de piques

Libération.fr
Le grand débrief du grand débat

Pour la première grande confrontation entre candidats, lundi soir, Marine Le Pen et François Fillon ont fait face aux attaques de Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron.

Haro sur Marine Le Pen. A l’orée de ce débat télévisé inédit dans l’histoire de la Ve République, on attendait une forme de «Tous sur Macron» mais c’est la candidate du Front national qui s’est retrouvée au cœur des premières attaques de ses quatre adversaires d’un soir, favorisées par le premier thème abordé, les questions de société et donc de sécurité, d’immigration et de laïcité. Respectant le pacte de non-agression qu’ils ont scellé fin février, Jean-Luc Mélenchon, très en verve, et Benoît Hamon, requinqué par son succès de dimanche à Bercy, ont aussi fait cause commune contre François Fillon, en particulier sur la durée du temps de travail et, dans une moindre mesure, contre Emmanuel Macron. Si l’ancien ministre de l’Economie, en tête dans les sondages juste derrière Marine Le Pen, a donné quelques coups de griffe, à droite comme à gauche, il a joué la prudence, voire la synthèse : dans la même séquence, il approuve François Fillon sur sa réforme de l’apprentissage et opine du chef quand Benoît Hamon défend la réduction du nombre d’élèves par classe. Son credo : «Défendre le pragmatisme et pas les grands principes.» Pour le leader d’En marche, l’enjeu était simple : à 34 jours du premier tour, geler le jeu électoral pour décrocher sa place en finale.

Récitations. Quant à Fillon, il espérait se sortir du pétrin des affaires en revenant sur le fond de son programme. Plutôt éteint au début du débat, il a été totalement sous l’eau pendant le passage sur la moralisation de la vie publique, reprenant du poil de la bête pendant le débat sur les questions économiques.

Après les interminables et très policés débats des primaires, les cinq principaux candidats à la présidentielle ont choisi tout de suite de descendre dans l’arène pour tenter de faire la différence. La disposition des (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Enfin dans le dur
Carrefour
Se battre pour n’être d’aucun sexe
La bonne vieille télé toujours dans la course
La troll de guerre des bataillons «antisystème»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages