Le débat sur les traités européens a tourné au clash entre François Fillon et Nicolas Dupont-Aignan

Geoffroy Clavel
Le débat sur les traités européens a tourné au clash entre François Fillon et Nicolas Dupont-Aignan

PRESIDENTIELLE 2017 - Pris pour cible par plusieurs des onze candidats engagés dans le grand débat télévisé diffusé ce mardi par BFMTV et CNews, François Fillon a eu fort à faire avec le candidat de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan, particulièrement offensif à son égard.

Soucieux de détoner pour ce rare moment de large exposition, Nicolas Dupont-Aignan s'est montré particulièrement cinglant à l'égard du candidat Les Républicains, lançant dès le préambule: "j'ai toujours servi les Français sans jamais me servir". Une allusion claire aux démêlés judiciaires de François Fillon à qui Nicolas Dupont-Aignan rêve de prendre des voix dans l'électorat de droite.

Le député-maire de Yerres est ensuite revenu à la charge en reprochant à François Fillon d'avoir signé les traités européens et internationaux "qui ont abaissé la France". "Vous ne les avez pas signés parce que vous n'avez jamais eu le pouvoir pour le faire. Et vous ne l'aurez pas la prochaine fois non plus", lui a rétorqué François Fillon, mi-piqué au vif, mi-ironique.

Avant cela, François Fillon avait déjà ironisé sur son détracteur qu'il avait connu "chef de cabinet de François Bayrou". Un gros mot dans la bouche de l'ancien premier ministre, en froid avec le président du Modem qui a rallié Emmanuel Macron.

"Comment croire le premier ministre qui a bafoué le vote des Français lors du référendum de 2005, qui a fait voter le traité de Lisbonne par le Parlement, qui a été le viol du peuple", a encore attaqué Nicolas Dupont-Aignan en évoquant une affaire "gravissime". Ce à quoi François Fillon lui a rétorqué que Nicolas Sarkozy s'était engagé à négocier le traité de Lisbonne lors de sa campagne présidentielle de 2007.

Plus tard, Nicolas Dupont-Aignan s'en est pris à ses compétiteurs qui prennent "leurs ordres chez Angela Merkel", la chancelière allemande. "Minable", a laissé échapper François Fillon.

Lire aussi :

Vivez le grand débat présidentiel à 11 avec notre direct

Qui est le sosie de...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages