Débat sur la peine de mort dans "TPMP" : Pas de manquements de C8, selon l'Arcom

Débat autour du statut de certains détenus et de la peine de mort dans
Débat autour du statut de certains détenus et de la peine de mort dans "Touche pas à mon poste" sur C8 - C8

Le 29 septembre dernier, un débat avait été organisé dans "Touche pas à mon poste" au sujet du statut de certains détenus en France.

Une séquence alertée sur C8. Dans une décision prononcée en assemblée plénière le 30 novembre 2022 et publiée le mardi 17 janvier 2023, l'Autorité de la régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom) s'est penchée sur un débat qui a eu lieu dans "Touche pas à mon poste". Cet échange entre divers chroniqueurs et l'animateur Cyril Hanouna s'est déroulé le jeudi 29 septembre 2022.

"Je dis que ce ne sont pas des monstres"

En fin d'émission, le présentateur et sa bande de chroniqueurs étaient revenus sur des propos de Daniel Riolo tenus à l'antenne de RMC. Le journaliste de football avait estimé que "les gens dans les prisons" étaient "des sous-citoyens". En plateau, les intervenants étaient divisés au sujet de la sortie de la voix de "L'after foot". "La prison est déjà une terrible sanction méritée quand on est condamné. Si en plus on n'a pas internet, si on est brimé et si on est considéré comme des sous-citoyens, ça veut dire qu'on nous dénie le droit d'être réinséré. C'est en ça que, pour moi, cette phrase est extrêmement choquante", avait déclaré Gillez Verdez.

Mais une autre prise de parole du chroniqueur avait provoqué la discorde dans l'émission. Cyril Hanouna avait lancé au membre historique de "TPMP" : "Quand Géraldine Maillet te dit qu'un terroriste ou un pédocriminel, c'est un sous-citoyen, toi, tu dis : 'non'". "Je dis que ce ne sont pas des monstres. C'est un vrai débat", a...

Lire la suite


À lire aussi

"On devrait avancer l'âge de retraite de Michel Sardou" : Marine Tondelier (EELV) riposte après l'insulte de l'artiste
Netflix dévoile les dates de sortie de ses plus grands films à paraître en 2023
Arthur réclame près de 5 millions d'euros aux anciens dirigeants de La Grosse Equipe