Débat Macron–Le Pen : le corps à corps des duellistes en politique

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·6 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le spectacle d’une joute politique entre une femme et un homme peut-il être analysé uniquement sur le mode de la confrontation corporelle ? Nous avons observé le débat d’hier soir entre les deux candidats à l’élection présidentielle en nous focalisant principalement sur le jeu de deux corps genrés qui n’ont pas adopté la même stratégie.

D’un côté, Emmanuel Macron, surjouant littéralement le rôle de l’homme, agressif, méprisant, arrogant ; de l’autre, Marine Le Pen incarnant avec le même zèle la dame policée afin, sans doute, de gommer certaines aspérités trop visibles, telles que son affiliation à l’extrême droite. D’un côté, une stratégie guerrière de destruction du territoire de l’interlocutrice, de l’autre, une stratégie davantage tournée vers la défensive, visant la dissimulation d’aspects embarrassants de ce même territoire (par exemple touchant le mode de financement de son parti).

À lire aussi : Entre le Rassemblement national et la Russie, une longue lune de miel

Par référence aux règles non verbales de la politesse qui caractérisent traditionnellement la société occidentale, nous ne pouvons que souligner hier soir la grande violence, à notre sens, du spectacle.

Le débat politique est aussi une guerre physique

Nous avons été témoins pendant 2h30 d’une démonstration : la politique est une guerre physique où tous les coups sont permis. Dans ce corps à corps, la stratégie d’Emmanuel Macron était claire : afficher physiquement son mépris face à une interlocutrice dont il ne respecte pas les idées, voire manifester par un langage non verbal explicite, les coudes sur la table, simulant l’ennui ou la posture avachie, code caractéristique de l’arrogance, le caractère dérisoire et pathétique de ces idées. Mais sur le fond, doit-on trouver normal ou acceptable d’observer un homme qui théâtralise tous les codes du virilisme agressif pour abattre son interlocutrice ?

À lire aussi : Peut-on en finir avec le virilisme en politique ?

Du point de vue du combat tactique, Emmanuel Macron a sans doute eu recours à la bonne stratégie, par son corps il a été très clair : « Je te méprise physiquement parce que je combats tes idées ». Aucun problème pour lui d’assumer cette contradiction corporelle résumée par ses mots finaux « je vous respecte ».

Pourtant, une telle attitude n’est pas aisément admissible. En effet, dans la continuité des travaux du sociologue Ervin Goffman repris par la linguiste française Catherine Kerbrat-Orecchioni dans son modèle d’analyse, les règles d’interactions sont précises. On peut donc affirmer que les règles de politesse généralement respectées lors d’un débat public sont ici inversées : elles consistent à ne pas attaquer le territoire physique d’autrui, à ne pas lui faire perdre la face, à ne pas chercher à l’humilier publiquement. Hier soir, Emmanuel Macron ne les a clairement pas respectées. En particulier, les choix de cette posture, coudes sur la table, associée à cette moue d’ennui, relayée massivement sur Twitter, ont été fortement commentés car ostensiblement provocants.

Entre respect et conflit

Selon Erving Goffman, l’interaction, dans une société occidentale marquée par la contention des mœurs telle que l’a décrite Norbert Elias, repose sur des rites qui ont un seul objectif : préserver la paix dans la relation, éviter le conflit. Le comportement d’un être socialement intégré doit être conforme à des règles qui relèvent de formes de politesse spécifiques à chaque culture. Pour ce faire, l’individu moderne respecte un jeu de mise en scène de lui-même, nommé par Goffman le « face work ». Cette expression désigne un travail de figuration affectif destiné à préserver les interactants et à marquer le respect entre eux en manifestant par un regard direct, une posture posée, des mimiques faciales sérieuses, un intérêt pour son interlocuteur.

Plus précisément, durant le déroulement d’une « interaction interpersonnelle dyadique (un duel) », la mise en scène d’un soi émotionnel se comprend comme un jeu à quatre faces :

  • pour défendre son propre territoire physique et protéger celui d’autrui

  • pour proposer une image de soi adaptée à la situation et préserver l’image de l’autre

La politesse : un rituel contraignant

Chaque culture déploie des règles de politesse définies comme un ensemble de règles de comportements certes verbaux, mais également corporels, dont l’objectif est d’amoindrir l’attaque potentielle qu’est l’interaction. La relation à autrui représente en effet toujours quelque chose de potentiellement anxiogène et agressant. Ces codes sont d’ailleurs respectés dans le but de restreindre le risque de malaise déclenché par la simple proximité corporelle. Ce type de malaise que les téléspectateurs pouvaient hier soir presque ressentir physiquement lors de la confrontation des deux candidats en présence.

Le travail de mise en scène de soi dans la vie quotidienne évoquée par E. Goffman constitue un rituel contraignant. Ces règles de respect du « face work » se manifestent verbalement et corporellement. En particulier, deux sociolinguistes Penelope Brown et Stephen C. Levinson ont proposé un modèle universel de la politesse repris par Catherine Kerbrat-Orecchioni. Il y aurait deux types de politesse menant à la production de différents types d’actes de langage. À partir des travaux de ces sociolinguistes, Catherine Kerbrat-Orecchioni a synthétisé des règles universelles de politesse en différentes stratégies dites de politesse positive ou négative. La politesse positive consiste à valorisation les faces par des actes flatteurs (des face-flattering acts, FFA), la politesse négative à éviter de commettre actes menaçants (des face-threatening acts, FTA).

Ce jeu de faces vise à contenir les enjeux affectifs de la relation ou au contraire à les exacerber. Du point de vue de la civilisation, ce qui compte c’est d’avoir l’air, et hier soir, nous avons observé un jeu de faces qui s’opposait.

D’un côté, une candidate policée, qui maintient son corps, retient chacun de ses gestes, regarde en face son interlocuteur quand il parle. De l’autre, un candidat qui adopte une posture évidemment insolente, méprisante par son impolitesse lorsque son interlocutrice prend la parole, qui regarde les journalistes ou baisse légèrement ses yeux pour éviter de la regarder droit dans les yeux.

La cadre de l’interaction est le combat, peu importe que les interlocuteurs soient des hommes ou des femmes. Spectateurs de ce duel corporel, nous ne pouvons que constater que la politique demeure un cadre d’interaction où toutes les règles civilisationnelles disparaissent dès qu’il s’agit du combat des idées. Et peu importe apparemment la violence non verbale faite par un homme à une femme. C’est la leçon que nous a faite hier soir Emmanuel Macron. Rude constat pour ceux et celles qui rêveraient d’un monde politique apaisé.

La version originale de cet article a été publiée sur La Conversation, un site d'actualités à but non lucratif dédié au partage d'idées entre experts universitaires et grand public.

Lire la suite:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles