Débat LR: hormis le Covid-19 et Eric Zemmour, les candidats peinent à afficher leurs divergences

·3 min de lecture
Éric Ciotti, Valérie Pécresse, Michel Barnier, Philippe Juvin et Xavier Bertrand lors du débat de la droite sur BFMTV-RMC, le 14 novembre 2021. - BFMTV
Éric Ciotti, Valérie Pécresse, Michel Barnier, Philippe Juvin et Xavier Bertrand lors du débat de la droite sur BFMTV-RMC, le 14 novembre 2021. - BFMTV

876450610001_6281967372001

Un débat sans grand accroc. Réduction de l'immigration, inflexibilité sur la sécurité... Les cinq candidats à l'investiture LR ont débattu ce dimanche soir sur BFMTV et RMC, mais ils se sont révélés être sur la même ligne sur la plupart des sujets évoqués.

Une ligne assumée d'entrée de jeu par Xavier Bertrand, qui en arrivant dans les locaux de BFMTV en début de soirée, a déclrré n'avoir "qu'un seul adversaire", en la personne d'Emmanuel Macron. Au cours du débat, Eric Ciotti a également assuré que "sur les réponses techniques en matière de justice ou de sécurité, on est tous d'accord".

Débat autour du confinement des non-vaccinés

Deux seuls grands points de discorde ont émergé au milieu de cette convergence d'idées assumée. D'abord, la question d'un possible reconfinement limité aux seules personnes non-vaccinées, à l'image du choix fait par le gouvernement en Autriche.

Une telle mesure est-elle envisageable en France, confrontée elle aussi à une potentielle cinquième vague? C'est oui pour Xavier Bertrand et Valérie Pécresse, qui ont tous les deux affirmé qu'ils n'excluaient pas d'y recourir en fonction de l'évolution de la situation sanitaire dans l'Hexagone:

"S'il y a une recrudescence de la pandémie qui met en danger des vies, je ne reconfinerai pas tous les Français", a ainsi expliqué Valérie Pécresse. "Les Français qui se sont fait vacciner ont pris leur responsabilité, j'envisagerais le reconfinement uniquement des non-vaccinés."

Philippe Juvin, Michel Barnier, et Éric Ciotti se sont en revanche dits opposés à cette idée. Le premier, chef du service des urgences de l'hôpital européen Georges-Pompidou, plaide par exemple pour continuer d'aller chercher les plus vulnérables qui ne sont pas encore vaccinés, "avant de leur mettre des contraintes".

876450610001_6281973667001

Sur Eric Zemmour, Eric Ciotti isolé

Deuxième point de divergence: Eric Zemmour. Ces derniers jours, le polémiste et probable candidat a multiplié les attaques à l'égard de François Hollande, l'accusant de n'avoir "rien fait" pour empêcher les attentats du 13-Novembre 2015. Ce samedi soir, l'ancien journaliste a reitéré, cette fois-ci devant le Bataclan, au soir des six ans des attaques.

Pour Michel Barnier, ces déclarations ne sont "pas très dignes" et les victimes "méritaient davantage de respect que cette polémique" Même son de cloche pour Xavier Betrand, qui a estimé qu'"en cette journée anniversaire, on attendait du respect et de la dignité, deux notions qui n’habitent pas M. Zemmour". Dans le même ordre d'idée, Valérie Pécresse a assuré "que dans un moment de recueillement, on ne fait pas de politique" et balayé d'un revers de main une collaboration future avec le polémiste:

"Je ne peux pas travailler avec quelqu'un qui a une vision de la femme comme d'un être inférieur", a-t-elle poursuivi.

Eric Ciotti a été le seul à ne pas se dire dérangé par les propos d'Eric Zemmour. Le député LR des Alpes-Maritimes "ne va pas juger, faire un procès d'intention par rapport à ce que fait un tel ou un tel".

"Chacun est libre dans notre pays, heureusement encore", a-t-il ajouté. "Pourquoi ce procès de Moscou parce qu'il est allé se recueillir sur le lieu d'un attentat?" 876450610001_6281971917001

Si les cinq candidats ont tenu à se distinguer au cours de ce débat en mettant en avant leurs différents programmes, ils auront finalement eu, sur le fond des idées, beaucoup de mal à le faire. L'enjeu pour était de parler aux sympathisants de droite, mais surtout de convaincre les adhérents LR à l'approche du congrès qui désignera leur candidat à la présidentielle, du 1er au 4 décembre.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles