Débat LR : Ciotti compare la sortie de Lagarde sur Zemmour à une "fatwa"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Interrogé par les journalistes de Cnews, le député des Alpes-Maritimes a réclamé des "poursuites judiciaires" à l'encontre du centriste.

POLITIQUE - Inexcusable. Eric Ciotti n’a pas eu de mots assez dur à l’égard de Jean-Christophe Lagarde, ce dimanche 21 novembre lors du troisième débat organisé entre les candidats au congrès Les Républicains.

Interrogé par les journalistes de CNews, le député des Alpes-Maritimes a rapproché la sortie violente du centriste contre Eric Zemmour à une “fatwa”. Le principal intéressé, qui s’est immédiatement excusé, avait lancé, un peu plus tôt dans la journée vis-à-vis du polémiste d’extrême droite et de ses références politiques: “Se foutre du monde au point de dire ‘je suis un RPR’, Monsieur Zemmour, si Monsieur Pasqua (l’un des fondateurs du RPR, ndlr) était là, il te filerait une balle dans la tête.”

“On appelle à prononcer une fatwa. Une balle dans la tête contre quelqu’un qui est un journaliste. On pense ce que l’on veut d’Eric Zemmour, c’est extrêmement choquant”, a ainsi répliqué Eric Ciotti, qui n’a jamais caché sa proximité idéologique avec l’ancien pensionnaire de CNews, “et je m’étonne de l’absence de réaction. Est-ce que le président de la République a parlé ? Est-ce qu’un ministre a parlé ? Est-ce que des parlementaires ont parlé ? C’est un appel au meurtre.” 

Ciotti : “Il doit y avoir des poursuites judiciaires”

Et le candidat, de poursuivre, sur le même ton, comme vous pouvez le voir ci-dessous: “je suis en colère par la violence du propos. C’est inexcusable et il doit y avoir des poursuites judiciaires. (...) On a poursuivi des gens pour des faits beaucoup beaucoup moins graves. Et parce que c’est Zemmour on devrait banaliser le sujet ?”

Également interrogés sur le cas Lagarde, les différents prétendants à l’investiture LR se sont accordés à dire, avec plus ou moins de virulence, que son dérapage n’avait pas sa place dans le débat public. Tous ont également regretté le climat de violence qui entoure cette pré-campagne.

Un peu plus tôt, en fin d’après-midi, Éric Zemmour a lui même réagi sur Twitter en publiant un communiqué qui fustigeait “la duplicité”, “la lâcheté, “le cynisme” du président de l’UDI, avant de remercier Eric Ciotti pour son soutien lors du débat.

“Depuis des mois, je suis probablement l’homme le plus menacé de mort de France. Je m’y suis fait. De toutes les racailles qui me prennent pour cible, tu n’es certainement pas la plus dangereuse, mais incontestablement la plus traîtresse”, écrivait le polémiste à propos de cette séquence publiée l’espace de quelques secondes par franceinfo sur les réseaux sociaux. La chaîne a finalement “décidé de ne pas rediffuser les propos” qui “ne correspondent ni à nos valeurs ni à l’idée que nous nous faisons du débat politique”.

À voir également sur Le HuffPost: Éric Zemmour met en joue des journalistes avec un fusil, “horrifiant” pour Marlène Schiappa

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

VIDÉO - Grand oral des candidats LR devant le "parlement" du parti

LIRE AUSSI

Les Républicains "ne sont plus un parti de gouvernement", estime Darmanin

Bertrand répond aux critiques de ses concurrents sur son aller-retour chez Les Républicains

undefined undefined

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles