Présidentielle: comment Le Pen et Macron se préparent avant le débat de l'entre-deux-tours

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·6 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Photo d'archive prise le 3 mai 2017, avant le débat d'entre-deux tour entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron - Eric Feferberg © 2019 AFP
Photo d'archive prise le 3 mai 2017, avant le débat d'entre-deux tour entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron - Eric Feferberg © 2019 AFP

876450610001_6304261520001

Deux stratégies différentes pour un même objectif, convaincre les Français. Les entourages d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen l'assurent: loin d'être un simple passage obligé, le débat de l'entre-deux-tours programmé ce mercredi soir, et diffusé en direct et en intégralité sur BFMTV, sera décisif pour les deux adversaires qui ont chacun une feuille de route très différente.

Soucieuse de faire oublier le précédent télévisuel de 2017, au cours duquel la candidate était apparue déboussolée face au futur président, la représentante du Rassemblement national va se mettre au vert dans les prochains jours.

• Du côté de Marine Le Pen

Du repos"Son but, c'est d'arriver en forme, de bonne humeur, avec une grande disponibilité d'esprit. On a veillé à équilibrer tout son agenda pendant la campagne pour éviter qu'elle ne s'épuise jusqu'au débat", assure un membre de son entourage à BFMTV.com.

Pour justifier sa prestation ratée lors de son précédent match télévisuel, la députée avait reconnu un an et demi plus tard sur C8 avoir "été très fatiguée par sa campagne".

Pour se ménager, une fois son déplacement à Caen effectué ce lundi, la candidate prendra donc ses quartiers dans la maison de l'un de ses lieutenants de campagne dans l'ouest de la France.

Répétitions millimétrées

Parmi les proches qui l'aideront à se préparer, elle pourra compter sur Philippe Olivier, son conseiller spécial, Renaud Labaye, son directeur de cabinet et Christophe Bay, son directeur de campagne.

Plusieurs membres des Horaces, ce petit groupe de hauts fonctionnaires qui planchent sur le programme de Marine Le Pen depuis plusieurs années, seront également présents. Tout comme son délégué aux études Franck Allisio, un ancien LR, et Jean-Philippe Tanguy, son directeur adjoint de campagne, et ex-proche de Nicolas Dupont-Aignan.

Au menu de sa préparation, plusieurs répétitions grandeur nature avec un énarque qui jouera le rôle d'Emmanuel Macron auront lieu. Lors du débat, ce sera Philippe Ballard qui occupera le poste de réalisateur conseil pour la candidate du Rassemblement national.

Séduire à gauche et renvoyer Emmanuel Macron à "son mépris""On travaille sur beaucoup de choses... Mais on a prévu de l'attaquer bille en tête sur la retraite à 65 ans", explique l'un des membres de son cabinet à BFMTV.com.

Marine Le Pen a donné le ton de sa stratégie face au président lors de son premier grand meeting de l'entre-deux-tours jeudi à Avignon en multipliant les clins d'œil à la gauche tout en insistant sur le "mépris" du Président pour "les Français". Elle devrait probablement jouer la carte de la sérénité, d'une posture rassurante, comme elle l'a fait pendant toute sa campagne.

Elle est d'ailleurs revenue ce lundi sur le positionnement qu'elle souhaite adopter, espérant que le débat ne sera pas "une succession d'invectives, de fake news, d'outrances".

Elle a acquis "une certaine forme de maturité politique", a voulu croire de son côté Sébastien Chenu, son porte-parole, invité de BFM Politique ce dimanche. "Elle ne sera pas dans l'invective", décrypte encore un proche qui promet même un débat "chiant".

876450610001_6304202966001

• Du côté d'Emmanuel Macron

Pas de mise au vert

Son adversaire, lui, n'a pas prévu de mettre la pédale douce sur ses déplacements, même si le lundi de Pâques est consacré à la préparation du débat. Il compte poursuivre ses interventions dans les médias et doit effectuer un autre déplacement avant le débat, il présidera par ailleurs le conseil des ministres mercredi matin.

Parmi les personnes avec qui le Président échange pour préparer sa prestation, on trouve son ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, un temps pressenti pour être directeur de campagne, Alexis Kohler, le secrétaire général de l'Élysée et Ismaël Emelien, cofondateur d'En marche en 2017, et ex-conseiller du président.

Le candidat devrait essayer de renvoyer Marine Le Pen dans ses cordes en s'appuyant d'abord sur la présidente qu'elle aurait été en cas de victoire en 2017.

"Montrer ses reculades""On va bien rappeler à quoi ressemblerait la France aujourd'hui si elle avait été aux manettes et pointer tous les changements de son projet sur l'Union européenne, sur les retraites, sur la Russie", assurait un cadre de la majorité à BFMTV.com avant le premier tour.

Emmanuel Macron a déjà donné le ton lors de son déplacement à Mulhouse.

"Elle allait soigner les gens à la chloroquine et soigner avec un vaccin russe pas efficace", a-t-il lancé le 12 avril dernier devant des soignants. Une attaque réitérée samedi, à Marseille, sur une terre pourtant acquise au professeur Didier Raoult.Attaques tous azimuts

L'équipe d'Emmanuel Macron travaille d'ailleurs depuis plusieurs semaines à regarder toutes les prestations de Marine Le Pen ces dix dernières années pour pouvoir pointer du doigt ses reculades, tout comme les incohérences de son programme. Le président-candidat s'y est déjà attelé au Havre vendredi.

"Dans le projet de Madame Le Pen, avec stupeur, j'ai en effet découvert (...) qu'on dépenserait des centaines de millions d'euros à démonter des éoliennes existantes, ce qui, je dois le dire, est un usage de l'argent du contribuable qui m'interroge", a-t-il lancé lors de la visite d'une usine de pales.

Plusieurs angles d'attaques: la Russie, l'Europe, la Constitution ou encore la question du port du voile. "Il est temps de dire la vérité sur ce qu'est Marine Le Pen", a résumé Christophe Castaner, le président du groupe LaREM à l'Assemblée nationale, sur BFMTV ce dimanche.

"Elle n'a pas changé. C'est juste qu'Eric Zemmour a caché pendant le premier tour les aberrations de son programme et ses incohérences", ajoute encore un proche d'Emmanuel Macron. 876450610001_6304199477001 "Pas de ton professoral"

L'actuel locataire de l'Élysée se sait attendu au tournant alors que son arrogance lui a parfois été reprochée tout au long de son quinquennat. L'objectif cette fois-ci est clair: pas de condescendance de la part du président-candidat, la forme comptera autant que le fond.

"Macron ne doit pas paraître trop arrogant, parce qu'elle, elle va s'affirmer comme la femme du peuple, la bonne mère de famille", assure un membre de l'exécutif auprès de BFMTV.

"Il faut éviter que les analyses du lendemain disent qu'elle est meilleure qu'en 2017 et Macron moins bon", explique-t-on dans l'entourage du président-candidat. Jérôme Revon occupera quant à lui le poste de réalisateur conseil pour Emmanuel Macron lors du débat.

À une semaine du scrutin, rien n'est joué, même si le dernier sondage Elabe pour BFMTV et L'Express donne le président sortant vainqueur à 53,5%. Un duel bien plus serré qu'en 2017 où Emmanuel Macron avait été élu à 66% des voix.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles